Afrique: Une famille saine comme moyen de prévention contre le terrorisme

Ouverture du Colloque Internationale sur "Pais et Islam", le mardi 28 Juillet à Dakar, par le Président Macky Sall en présence du Khalif Général de Léona Niassène
29 Juillet 2015

Pour le deuxième et dernier jour sur « L'islam et la paix » la jeunesse était visée. Cheikh, Imams et Professeurs se sont relayés au micro pour proposer des solutions contre le recrutement des jeunes dans les filières terroristes.

Premières victimes des groupes islamistes armés, les jeunes Africains souvent pauvres et orphelins sont des cibles faciles. Logés, nourris et blanchis, ils leur promettent la gloire de la mort en martyr et le paradis comme présent, comment dire non ?

Pour mettre fin à ce système les intervenants ont appelé à la consolidation du cercle familial. Lors d'un panel sur « Jeunesse vecteur de paix », le Professeur Omar Jah de l'Université de Gambie dénonce la situation dans les foyers occidentaux et africains qui sont devenus « des terreaux de violences avec l'érosion de l'autorité paternelle et l'invasion des nouvelles technologies ».

Une bonne éducation religieuse et intellectuelle

Il faut impérativement revoir la transmission de l'enseignement religieux qui repose de plus en plus sur de faibles acquis. Les panélistes ont été d'accord sur le fait qu'une meilleure connaissance de la religion musulmane dans les foyers, éviterait aux jeunes de tomber dans le piège du fanatisme mortifère.

Il faut éduquer les jeunes non seulement à la religion mais aussi aux connaissances. Le savoir par la formation empêche la déviance, explique le Cheikh Chérif Oumar Abdel Aziz, islamologue de Côte d'Ivoire. Bénéficier d'une formation et avoir un travail confère, selon le Pr Omar Jah, une stabilité financière qui évite l'exclusion sociale.

La jeunesse face aux dangers des technologies

Il a aussi été question des technologies qui sont l'arme fatale des recruteurs. D'après le Pr Omar Jah, de l'université de Banjul en Gambie, ce sont des outils de propagande auxquels la jeunesse du monde entier est exposée. Il préconise un contrôle accru des parents et invite à se servir de ces dispositifs pour redorer l'image de l'islam. Sur ce même sujet, le Pr Omar Jah parle d'une « crise nouvelle » pour qualifier la situation. Il préconise donc une approche futuriste pour endiguer le terrorisme.

L'importance de la jeunesse dans l'islam

Cheikh Chérif Oumar Abdel Aziz rappelle que dans l'histoire de l'islam, la jeunesse a toujours eu un rôle important « Depuis l'aube de l'islam la jeunesse a porté un message de paix ». Ils sont les premiers à avoir accepté la religion et ils ont toujours été de fervents défenseurs du Prophète (PSL), raconte-t-il.

La session a pris fin sur des propositions de résolutions : il faut dans un premier temps apaiser les conflits qui sévissent sur le continent Africain, « déradicaliser » les jeunes en leur enseignant la religion et savoir répondre aux détracteurs de l'islam sans passer par la violence comme ça a été le cas pour la France avec le massacre de Charlie Hebdo que le Pr Omar Jah a fortement condamné.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X