L'Afrique peut réduire la pauvreté et l'insécurité alimentaire grâce à la transformation de l'agriculture

Photo: Uneca
Paysage malgache
9 Novembre 2015
communiqué de presse

Addis-Abeba — "L'agriculture africaine a un besoin urgent d'une mise à niveau et d'une voie rapide dans la productivité du 21ème siècle», a dit M. Adam Elhiraika, Directeur de la Division de la Politique Macro-économique de la Commission Economique pour l'Afrique, dans une déclaration au nom du Secrétaire exécutif, M. Carlos Lopes, lors de l'ouverture de l'Atelier Semestriel du Consortium Africain pour la Recherche Economique sur « l'Agriculture et la Transformation Structurelle en Afrique».

M. Elhiraika a souligné que l'Afrique compte environ 60% des terres arables du monde et pourtant elle reste la seule région dans le monde en développement où la productivité agricole est à la fois faible et en baisse avec la production par habitant à 56% de la moyenne mondiale. Les études de la CEA ont montré que la production agricole par habitant de l'Afrique a diminué d'environ 5 %au cours des 20 dernières années, jusqu'en 2013 alors qu'elle a augmenté de 40% dans les autres pays en développement .Les prêts et les investissements dans le secteur ont également chuté au cours des deux dernières décennies.

Environ quatre sur cinq Africains dépendent de l'agriculture pour leur subsistance. La plupart des gens pauvres dépendent non seulement de l'agriculture, ils vivent aussi dans les zones rurales. Pour réaliser le potentiel du secteur, les chercheurs préconisent une transformation durable basée sur des politiques cohérentes et des stratégies de mise en œuvre efficaces.

«L'agriculture en Afrique reste là où le plus grand potentiel pour augmenter la croissance globale et la création de richesse durable réside actuellement, et elle peut offrir le plus grand potentiel pour la réduction de la pauvreté et de l'inégalité " a déclaré M. Elhiraika expliquant le rôle que l'agriculture peut jouer dans les secteurs manufacturier, tertiaire et la chaîne de valeur. Il a déclaré que l'agriculture a l'attribut d'être la principale source de revenu qui va dans les poches de la majorité des consommateurs.

"La productivité agricole accrue, combinée avec l'agro-industrie viable qui ajoute de la valeur à la production des agriculteurs et l'amélioration de l'accès aux marchés, peut stimuler la croissance économique plus large et faire une énorme contribution à la réalisation de la sécurité alimentaire".

M. Elhiraika a déclaré l'agriculture peut être l'un des principaux moteurs de l'Afrique pour une croissance durable si le financement pour la recherche et le développement technologique est fourni. Il est également nécessaire d'élaborer des stratégies de financement ciblées et des produits financiers adaptés au secteur de l'agriculture et aux petits exploitants.

L'atelier, organisé conjointement par le Consortium Africain pour la Recherche Economique, la Commission de l'Union Africaine et la Commission Economique pour l'Afrique, qui a réuni environ 200 universitaires, chercheurs, économistes et décideurs politiques discutera sur le changement climatique , la mobilisation des finances , la pauvreté, la répartition des revenus et les politiques macro -économiques et la croissance.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.