Niger: Le Fonds Koweitien - Un partenaire sûr et actif pour la réalisation de grandes infrastructures

Le Président de la République du Niger reçu par l'Emir du Koweit, à Koweit City
18 Mai 2016

Constance, confiance et densité. Ces trois maitres-mots caractérisent les relations de coopération existant entre le Koweït et le Niger, à travers les actions multiformes du Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe (KFAED), dans ce pays sahélien qui cherche encore ses marques sur la voie du développement. Ces liens de partenariat, dont les racines se sont implantées depuis 1975 a longtemps fait ses preuves par la consistance des financements des projets et des actions au profit des populations nigériennes.

A titre illustratif, entre 1975 et 2011, il est dénombré déjà 49 projets, pour un total de 650,85 millions d'unités de compte cofinancés par le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (FKDEA) et la BAD. Actuellement, les engagements globaux du fonds koweitien au Niger au titre du portefeuille des opérations, qui couvre déjà des secteurs prioritaires notamment le secteur rural, la sécurité alimentaire, les transports l'hydraulique villageoise et le programme structurant du barrage de Kandadji.

Mais la grande sollicitude du FKDEA à l'égard du Niger s'est surtout manifestée lors de la table ronde des bailleurs de fonds, organisée en novembre 2008 à Djeddah, sous l'égide de la Banque islamique de développement (BID), en vue de recueillir les contributions des partenaires et la mobilisation des fonds nécessaires au financement du programme du barrage de Kandadji pour la régénération des écosystèmes.

Témoin de l'événement, puisque nous y étions, nous avons pu mesurer lors, de la phase des annonces des contributions, l'engagement du Fonds koweitien à accompagner le Niger dans la réalisation de ce grand ouvrage, qui constitue une alternative incontournable face à la dégradation hydrologique persistante du fleuve Niger, avec le risque d'un arrêt des écoulements du cours moyen. C'est ainsi que, sur les 120 milliards FCFA mobilisés à l'issue de cette rencontre, le Fonds koweitien en a annoncé 10 milliards FCFA, devenant ainsi le troisième ex aequo(avec le Fonds Saoudien) des grands bailleurs de fonds de ce projet, derrière la BID (25 milliards FCFA), la BAD (32 milliards FCFA).

Appuis multiples et multiformes du Fonds koweitien dans presque tous les secteurs de la vie économique

Auparavant, en 2007, le Fonds koweitien, en partenariat avec la BAD, approuvait un montant de 12,42 millions d'unités de compte pour la réalisation de ce même programme Kandadji de régénération des écosystèmes au Niger.

Sur cette même lancée, en juillet 2015, le gouvernement du Niger adoptait en Conseil des ministres, un Projet de loi ratifiant l'ordonnance n° 2015-12 du 10 juillet 2015 autorisant la ratification de l'Accord de Prêt supplémentaire n° 915 d'un montant de 2, 940 millions de Dinars Koweïtiens, relatif au financement du projet du barrage de Kandadji modifiant l'accord de prêt n° 784 en date du 27 mars 2009 entre la République du Niger et le Fonds Koweïtien pour le Développement Economique Arabe, signé le 13 mars 2015 à Sharm el Sheikh, en République Arabe d'Egypte. A noter que cet accord de prêt, qui fait suite à un premier conclu en faveur du Niger en 2009 par le Fonds Koweitien, d'un montant de 5, 700 millions de Dinars Koweïtiens, s'inscrit aussi dans le cadre de la contribution au financement complémentaire du barrage de Kandadji.

Le Fonds koweitien intervient également sur la réalisation des infrastructures routières. Dans ce volet les signatures d'accords de financements de routes entre le Niger et le FKDEA se sont multipliées ces dernières années.  C'est ainsi qu'au mois de mars 2012, un accord de prêt pour la construction de la route Arlit-Assamaka a été signé par le Niger et le Fonds pour un montant de 5 milliards de FCFA. A cette occasion, le Directeur Adjoint du Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe précisait qu'à la même période, le Fonds koweitien comptait 10 projets avec le Niger, dont neuf sont en cours de réalisation, le tout pour un montant de 70 millions de dollars.

L'achèvement de la route Arlit-Assamaka, longue de 223 km, contribuera aux échanges commerciaux entre les pays du Maghreb et les subsahariens (Mali, Niger, Tchad et Nigeria), en même temps qu'elle contribuera aussi à la réalisation d'un réseau de routes régionales dans le cadre du NEPAD, dont la route transsaharienne Alger-Lagos, sur une distance de 4 500 km, et sa liaison avec la route transsaharienne Dakar-Niamey-Zinder-N'Djamena-ElFasher (Soudan). En fait, avec la construction de la section Arlit-Assamaka, la route Transsaharienne offrira aux agglomérations du Nord-Est du Niger un gain de temps de l'ordre de 20 jours pour accéder aux ports méditerranéens.

D'importants financements consentis en faveur du développement du réseau routier

Le 15 décembre 2015, le Niger et le Fonds koweitien procédaient à la signature d'un autre accord relatif au financement partiel du projet de construction de la route Filingué-Tahoua pour un montant de 10,2 milliards de FCFA mobilisées pour la réalisation du tronçon Tebaram-Tahoua. Ce tronçon  d'une importance capitale s'inscrit dans le cadre du renforcement de l'intégration économique régionale. En effet, il constitue un segment de l'axe communautaire (Niamey-Filingué-Tahoua-Agadez) du Programme d'Actions Communautaire des Infrastructures et du Transport Routier (PACITR) de l'UEMOA.

Saluant la grande générosité du Fonds koweitien à l'égard du Niger, le ministre des Finances, Saidou Sidibé a montré toute l'importance  que revêt ce projet financé par le FKDEA. « La construction de ce tronçon d'un linéaire total de 92 Km dont le financement de 52 Km, pris en charge par le fonds koweitien vise à améliorer l'accès physique des populations rurales aux marchés et aux services administratifs à travers le pays, tout en améliorant l'intégration nationale et régionale par le biais d'une route bitumée praticable en toute saison. La réduction prévue de la durée moyenne du trajet entre Niamey et Tahoua de huit heures à environ quatre heures et une diminution des coûts d'exploitation des véhicules sont autant de résultats attendus du projet», soulignait le ministre.

Pour sa part, le Directeur général du fonds koweitien, M. Alderbas Hamad, a saisi cette opportunité pour saluer la qualité du partenariat entre le Niger et le FKDEA, en précisant que « les résultats enregistrés par ces projets ont poussé les autorités koweitiennes à renouveler leur confiance au Niger ».

Le secteur agricole n'est pas en reste dans les secteurs d'intervention du Fonds koweitien. A titre illustratif, en février 2014, le FKDEA a mobilisé 5 millions de dollars en guise d'appui au programme de sécurité alimentaire au Niger. A cela s'ajoutent d'autres actions ponctuelles pour faire face aux situations de crise alimentaire au Niger.

Des perspectives prometteuses avec environ 500 milliards de FCFA pour l'Afrique

A en juger par les annonces faites par l'Emir du Koweït, Cheikh Sabah Al Ahmad al- Jabar Al- Sabah, lors du 3ème Sommet Afro-arabe, tenu le 19 novembre 2013 à Koweït City, les perspectives s'annoncent encore plus prometteuses dans les rapports entre le Koweit et le Niger, voire l'Afrique en général.

A cette occasion, Cheikh Sabah Al Ahmad al- Jabar Al- Sabah, qui s'est réjoui de noter que le Fonds koweitien est actif dans les projets qui renforcent le développement des pays africains, a promis de mettre à la disposition des pays africains un prêt d'un million de dollars, soit environ 500 milliards de FCFA, via le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe. « L'enveloppe sera versée au cours des cinq prochaines années », précisait-il.

 

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.