Le Cameroun et la CEA s'accordent en vue de renforcer la coopération pour le développement

9 Octobre 2016

Yaoundé — Le Gouvernement de la République du Cameroun et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) ont renouvelé leur engagement à travailler en étroite collaboration en vue de la transformation structurelle du pays et l'intégration régionale de la sous-Région Afrique centrale.

Les deux parties ont réaffirmé cet engagement lors de la présentation cet après-midi, de la lettre d'introduction du nouveau Directeur du Bureau sous- régional pour l'Afrique centrale, M. Antonio M.A. Pedro au Ministre camerounais des Relations extérieures, Son Excellence M. Lejeune Mbella Mbella.

En souhaitant la bienvenue au nouveau Directeur, S.E. Monsieur Mbella Mbella a salué l'engagement de la CEA à accompagner les pays d'Afrique centrale en général et le Cameroun en particulier dans leurs efforts de développement. Il a particulièrement loué l'effort fourni par la CEA et l'Union africaine dans l'élaboration de l'Agenda 2063.

Le Ministre a aussi reconnu les œuvres de la CEA qui plaident pour la transformation structurelle des économies africaines tout en assurant son hôte que le Cameroun s'est résolument lancé dans des projets structurants qui visent à augmenter son offre énergétique, à booster ses infrastructures des transports et à développer le secteur des technologies de l'information et de la communication afin de devenir un pays émergent à l'horizon 2035.

Quant à M. Antonio Pedro, il s'est exprimé son enthousiasme à œuvrer pour que la CEA renforce son appui en matière de services consultatifs à la sous-région Afrique centrale en général et au Cameroun en particulier. "Nous pensons que la clé qui permettra de libérer le véritable potentiel de l'Afrique réside en sa capacité à mobiliser des moteurs de croissance endogènes, y compris ceux dérivés des infrastructures de développement et d'urbanisation en pleine croissance, la croissance de sa classe moyenne, les dividendes démographiques de sa population jeune, et bien sûr la transformation structurelle de ses économies a -t-il déclaré.

« Je me réjouis de constater que cette ambition est au cœur de la stratégie de développement du Cameroun, qui traduit à merveille le type d'engagements que nous devons privilégier, notamment: les consultations de haut niveau et le partage d'idées et d'expériences dans la perspective d'aplanir les sentiers de la transformation structurelle du Cameroun et de l'Afrique centrale en général », a ajouté M. Pedro.

M. Antonio M. A. Pedro de nationalité mozambicaine est géologue en exploration minière jouissant de plus 30 années d'expérience riche et variée en matière de développement et de gestion à l'échelon national, régional et continental à travers l'Afrique et au-delà.

Il a rejoint la Commission Economique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) en 2001 après sa nomination comme Chef de la Section du Développement de l'infrastructure et de la mise en valeur des ressources naturelles au siège de la CEA à Addis-Abeba en Ethiopie. Avant sa nomination au poste actuel de Directeur du Bureau Sous-Régional de la CEA pour l'Afrique centrale (BSR-AC) à Yaoundé au Cameroun, il avait occupé le même poste au Bureau Sous-Régional de la CEA pour l'Afrique de l'Est (BSR-AE) à Kigali au Rwanda pendant plus de sept ans.

Dans l'optique de promouvoir la gouvernance dans le secteur de l'extraction, il a axé ses travaux de recherche actuels sur la mise en place d'un nouveau cadre de gouvernance-le permis d'exploitation en matière de développement durable (SLO)-qui explore la corrélation et les rapports dynamiques entre le secteur de l'extraction, la transformation structurelle, le programme de découplage, l'économie politique, le leadership, le processus de transformation, pour n'en citer que quelques-uns.

Il a pris ses fonctions en qualité de Directeur du Bureau sous-régional de la CEA pour l'Afrique centrale le 15 août 2016, en remplacement de M. Emile Ahohe du Bénin, qui a fait valoir ses droits à la retraite le 31 mai 2016.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.