16 Novembre 2016

Afrique: Offensive diplomatique pour le retour du Maroc au sein de l'UA - La Cop 22 fait le larron

Photo: LE PAYS
Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement africains, à l’initiative du roi du Maroc, Mohammed VI.
analyse

Hier, 16 novembre 2016, en marge de la COP 22, s'est ouvert un sommet de chefs d'Etat et de gouvernement africains, à l'initiative du roi du Maroc, Mohammed VI. Si officiellement, il est inscrit au menu de cette rencontre, les « défis et enjeux d'un développement durable en Afrique », c'est surtout l'occasion pour le souverain chérifien de faire le bilan de son offensive diplomatique sur le continent et de remobiliser ses soutiens en vue de son retour au sein de l'Union africaine (UA). Le thème officiel n'est donc qu'un prétexte pour remettre au goût du jour une question qui tient à cœur au roi.

D'un point de vue stratégique, l'initiative vaut son pesant d'or. Non seulement le Maroc marque à la culotte ses alliés pour ne pas concéder le moindre espace à ses adversaires, mais aussi il peut mettre en avant sa suprématie financière et ses ressources technologiques en liaison avec le thème du sommet, pour fidéliser ses amis et appâter ceux qui snobent encore sa cause. C'est donc à un exercice de lobbying qu'elles espèrent payant, que s'invitent les autorités marocaines. De ce point de vue, le roi fait preuve d'un véritable opportunisme politique.

On peut cependant se demander si cet activisme politique et diplomatique du Royaume chérifien peut suffire à inverser en sa faveur l'attentisme ou la résistance de bon nombre d'Etats africains qui, sans s'opposer au retour du Maroc dans la grande famille continentale, ne sont pas disposés à voir la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) frappée d'ostracisme. Déjà, certains Etats et pas des moindres, en termes de leadership au sein de l'union continentale, ont renâclé à participer au sommet. C'est bien la preuve que l'offensive diplomatique marocaine rencontre des poches de résistance sur le continent. Et pour cause. D'abord, parce que les pères fondateurs de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), l'ancêtre éponyme de l'Union Africaine (UA), ont fait de la libération totale du continent un principe intransigeant.

C'est plutôt au Maroc de se soumettre à la volonté de l'UA

Se désolidariser de la RASD en lutte pour son indépendance en contrepartie d'un retour du Maroc au sein de l'UA, serait donc trahir l'esprit et la lutte de ceux qui ont porté sur les fonts baptismaux l'organisation continentale. Ensuite, parce que la RASD dispose de puissants alliés qui sont historiquement des adversaires attitrés du Royaume chérifien, comme l'Algérie et l'Egypte. A ces Etats maghrébins vient s'ajouter la République sud-africaine, patrie de l'actuelle présidente de la Commission Nkosazana Dlamini-Zuma, qui a bénéficié dans sa lutte contre l'apartheid, de l'élan de solidarité de tous les mouvements progressistes. Ce background historique qui les lie à tous les mouvements progressistes en fait presqu'un indéfectible allié de la RASD.

Même si, en faisant miroiter ses luxurieux atouts, le Maroc peut faire succomber à ses charmes de nombreux Etats, il est tout à fait certain que ses tentatives de séduction se heurteront à d'énormes résistances. On peut, de ce fait, se demander s'il ne serait donc pas opportun pour la diplomatie marocaine de revoir son ambition de tout obtenir sans rien concéder, et de se remettre dans la bonne marche de l'histoire. La liberté est inscrite dans l'ADN des peuples et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes est un sacro-saint principe universellement admis.

Plutôt donc que de chercher à faire plier l'UA à ses desiderata, c'est plutôt au Maroc de se soumettre à la volonté de l'UA, favorisant l'émancipation totale de la RASD qu'il considère comme partie intégrante de son territoire national. Du reste, sauf à penser que le changement climatique ait aussi déréglé le fonctionnement des organisations internationales, c'est au pays qui frappe à la porte d'une organisation de respecter les exigences de convergences requises à son adhésion, fût-il un revenant !

En savoir plus

COP 22 - Guerre, armées et climat en débat à Marrakech

Dans le cadre des ateliers autogérés, qui s'inscrivent dans le cycle des activités de la COP 22,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2016 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.