L'appel aux armes marque l'ouverture du Forum africain sur la facilitation du commerce

Semaine africaine du commerce 2016 : Du lundi 28 novembre , 2016 - vendredi, 2 décembre , 2016.
1 Décembre 2016

Addis-Abeba — Le segment du Forum sur la facilitation du commerce en Afrique, qui se tient aujourd'hui dans le cadre de la Semaine africaine du commerce, a lancé un cri de ralliement pour traiter d'urgence des lacunes dans la facilitation des échanges qui ont des répercussions sur le commerce et la circulation des marchandises.

« Le temps presse », était l'avertissement qui a retenti lors de l'ouverture de la réunion de haut niveau. Les intervenants ont souligné que « le paysage commercial mondial évolue rapidement de manière à marginaliser l'Afrique si l'on ne prend pas de mesures urgentes pour stimuler la compétitivité des producteurs africains et l'intégration dans les marchés internationaux ».

David Luke, Coordinateur du Centre africain pour la politique commerciale de la Commission économique pour l'Afrique, souligne la nécessité d'aller au-delà des obstacles tarifaires, réglementaires et juridiques au commerce intra-africain de biens, au commerce de services et aux investissements.

« Cela ne suffit pas », souligne Luke, « une meilleure facilitation du commerce est également nécessaire pour réduire les coûts non tarifaires du commerce et maximiser les gains de projet de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) ». Luke a parlé au nom du Secrétaire exécutif par intérim de la CEA, Abdalla Hamdok.

La facilitation du commerce - un concept qui examine de manière critique les procédures et le contrôle des marchandises à travers les frontières - est une frustration qui repose sur l'intégration régionale et les discussions commerciales. L'absence de mesures concernant la facilitation du commerce en Afrique a longtemps été déplorée comme un fardeau financier énorme associé au processus de transport de marchandises. Ces mesures visent à maximiser l'efficacité tout en préservant les objectifs réglementaires légitimes existants.

Faisant référence à l'analyse de la CEA, Luke dit aux participants venant du milieu universitaire, de la société civile, du secteur privé et des gouvernements que la mise en place de la ZLEC stimulerait le commerce intra-africain de 34,6 milliards de dollars américains entre 2010 et 2022, soit 52,3%. Ceci, dit-il « est suffisant pour atteindre l'objectif établi lors du Sommet de l'UA qui consistait à augmenter de 50% le commerce entre les pays africains d'ici à 2022 ».

La même recherche qui a soulevé une autre question cruciale dit que ces gains sont nettement plus élevés lorsqu'ils sont accompagnés de mesures de facilitation du commerce qui, selon Luke, « pourraient doubler le commerce intra-africain d'ici 2022, stimulant au maximum les produits industriels ».

Les intervenants ont insisté les uns après les autres sur l'importance de la facilitation du commerce, y compris le président de la Commission de l'Union africaine (CUA), la Commissaire du Département du commerce et de l'industrie de la CUA, Fatima Haram Acyl et Benedict Oramah, Président de la Banque africaine d'import-export.

Un sentiment d'urgence demeure omniprésent au cours cette Semaine africaine du commerce. Les participants sont conscients du fait que la maximisation des gains de la Zone de libre-échange continentale dépendra des changements qui, selon Erastus Mwencha, Vice-Président de la CUA, « ne nécessitent pas nécessairement beaucoup en termes de frontières sûres. Réduire le temps d'exportation et d'importation, faire de nos frontières des frontières sûres ressort de la volonté politique ».

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.