Consortium des FFI

Photo: UNECA
Un panel de l'Uneca sur les Flux Financiers Illicites au Maroc lors du 9e Forum africain sur le développement.
25 Janvier 2017

Le Consortium des parties prenantes sert de mécanisme de coordination pour superviser la mise en œuvre des recommandations du Groupe de haut niveau sur les Flux financiers illicites.

L'objectif principal du Consortium est de renforcer les partenariats, fournir une orientation stratégique ainsi qu'une plate-forme pour le partage d'expériences et suivre les efforts visant à endiguer les FFI en provenance d'Afrique.

Ses principales activités consisteront à établir la cohérence des efforts visant à endiguer les FFI en provenance d'Afrique, à créer des structures permettant des partenariats et des engagements pour tous les acteurs concernés, à convenir de programmes de travail conjoints et de la réalisation conjointe des activités, à encourager les collaborations sur les activités liées au FFI aux niveaux national, régional et continental.

Le Consortium contribuera également au Rapport annuel sur la réduction des FFI qui sera soumis aux chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine sur la mise en œuvre de leurs recommandations. Le Consortium préparera un rapport phare sur les FFI, apportera son appui à la campagne diplomatique et médiatique dans les processus intergouvernementaux qui sera dirigée par l'Union africaine, y compris la mobilisation de la communauté internationale sur les FFI, suivra les processus mondiaux, à savoir la troisième édition du Financement du développement et le Programme de développement durable post-2015.

Il servira également de plateforme pour la production et le partage des connaissances.

Création du Consortium

Suite à l'approbation du rapport du Groupe de haut niveau (GHN)sur les Flux financiers illicites (FFI) en provenance d'Afrique et à son adoption rapide comme déclaration spéciale des chefs d'État de l'Union africaine lors du 24ème Sommet de l'Union africaine en 2014, le président du GHN, Le Secrétariat du FFI et de nombreuses parties prenantes des FFI ont travaillé sans relâche à la mise en œuvre effective des recommandations du Rapport du GHN. Cela a conduit à la formation de la coalition des parties prenantes sur la mise en œuvre des recommandations du Rapport du Groupe de haut niveau sur les FFI en provenance d'Afrique.

La coalition des parties prenantes était principalement la première forme et le fondement de l'actuel Consortium des parties prenantes travaillant ensemble pour endiguer les FFI en provenance d'Afrique.

Membres

L'adhésion au consortium est ouverte aux organisations africaines impliquées dans les activités de FFI sur le continent.

Les membres comprendront des partenaires de développement régional, des Organisations intergouvernementales, des Organisations de la société civile et des Organisations non gouvernementales.

Les institutions internationales, les institutions non régionales et le secteur privé peuvent rejoindre le Consortium en tant que partenaires d'exécution ou observateurs.

L'adhésion se fera uniquement sur invitation. Le Consortium peut également inviter des institutions spécifiques en tant que partenaires lorsqu'il s'agit d'une question de compétence particulière de l'institution.

Les institutions souhaitant adhérer au consortium en tant que membres ou partenaires peuvent s'adresser au Secrétariat du Consortium pour examen de la candidature.

Membres actuels du Consortium - les liens des organisations seront mis en ligne

Commission économique pour l'Afrique (CEA)

Forum africain sur l'administration fiscale (ATAF)

Réseau pour la justice fiscale - Afrique (TJN-A)

Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF)

Section des finances et du secteur privé, Division pour la politique macroéconomique (MPD), CEA

Fondation Thabo Mbeki

Banque africaine de développement (BAD)

Institut africain pour les envois de fonds (AIR) - Union africaine

Fondation de la société ouverte (Open Society Foundation (OSF))

Union panafricaine des avocats (UPA)

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.