Afrique: Tabagisme et développement durable - Les produits à risques potentiellement réduits, une solution viable?

26 Mai 2017

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que six millions de personnes décèdent annuellement de manière prématurée en raison de la consommation des produits du tabac. L'organisation estime que si rien ne change, il y aura plus d'un milliard de fumeurs dans le monde à l'horizon 2025.

Depuis quelques années, divers produits qui sont présentés comme des alternatives moins nocives à la cigarette classique, ont fait leur apparition mais ils ne font pas l'unanimité et leur acceptation rencontre une résistance déterminée.

Un séminaire regroupant une cinquantaine de journalistes de 15 pays africains et francophones, membres du Réseau des Journalistes Observateurs de l'Industrie de la Nicotine et du Tabac (REJOINT) [1] a été organisé par ce réseau à Bamako, les 19 et 20 mai 2017.

C'était l'occasion, d'après les organisateurs, d'alimenter la réflexion des membres du Réseau sur les enjeux de l'industrie du Tabac et sur les Objectifs de Développement Durables (ODD).

Dans un monde où l'espérance de vie ne cesse d'augmenter grâce à l'émergence de nouvelles technologies qui redéfinissent constamment le quotidien des citoyens, quelques acteurs de l'industrie du tabac ont engagé d'énormes investissements en recherche et développement pour proposer des produits potentiellement moins nocifs et plus en phase avec notre temps.

Cette approche est notamment celle de Philip Morris International (PMI), un des leaders mondiaux de l'industrie, qui vient de lancer un programme de "transformation" visant à terme à remplacer   la cigarette combustible par des produits potentiellement moins nocifs.

Le Directeur des Affaires Institutionnelles de Philip Morris en Afrique de l'Ouest a, lors de cette rencontre, réitéré l'engagement de sa société pour un « monde sans fumée de tabac »: « Nous sommes déterminés à nous transformer et mettons tout en œuvre pour cela. Toutefois, cela prendra du temps et nous ne pouvons le faire seul. Nous avons besoin de l'appui des régulateurs (gouvernements, organisations, OMS), de la communauté scientifique et médicale, de la société civile, des consommateurs…C'est avec le soutien de toutes les parties prenantes que nous réussirons notre transformation ».

Il continue en ces termes : « Cela n'exclut pas que les gouvernements continuent de prévenir contre l'initiation au tabac et d'encourager à arrêter de fumer. Selon nous, la réduction de la nocivité du tabac devrait venir en complément de la prévention et des efforts pour arrêter de fumer, non en concurrence. Ce que nous affirmons c'est que nos nouveaux produits sont potentiellement moins nocifs et qu'ils sont un bien meilleur choix pour les fumeurs qui souhaitent continuer de fumer. Nous rappelons que ces produits ne sont pas destinés aux non-fumeurs ni à ceux qui souhaitent arrê ter de fume » r.

  L'un des objectifs de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est de réduire la prévalence du tabagisme de 30%   d'ici 2025. L'une des solutions proposées pour atteindre l'objectif global de réduction des maladies non transmissibles pourraient être de passer des produits de tabac conventionnels à des produits à faible risque comme les produits de tabac chauffé ou les cigarettes électroniques, sans combustion. La première cause de maladies liées au tabagisme étant l'ensemble des substances toxiques dans la fumée de cigarette, dont la plupart sont formées lors de la combustion du tabac.

En Septembre 2015, la communauté internationale - à travers les Nations Unies (NU) - adoptait les Objectifs de Développement Durables (ODD). Les ODD représentent un ensemble de 17 buts ambitieux et précis à atteindre à l'horizon 2030 pour un monde meilleur dans lequel aussi bien les humains que la nature sont pleinement épanouis.

L'atteinte des ODD appelle à un partenariat public-privé accru et soutenu pour éradiquer la pauvreté, faire disparaître la faim, donner une bonne santé et un bien-être à tous, dispenser une éducation de qualité, réaliser l'égalité des genres entre autres.

Parmi ces objectifs que les 193 Etats membres des NU ont adopté, l'objectif 3 relatif à la bonne santé et au bien-être de tous apparaît comme une condition majeure   pour l'atteinte des ODD. En effet, sans une bonne santé, il devient illusoire de s'attaquer aux autres ODD.

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Maladies Non Transmissibles (MNT), parmi lesquelles le diabète, le cancer, les maladies cardiaques et les maladies respiratoires, représentent un des plus grands dangers de santé publique de ce 21ème siècle. Il est dès lors évident que pour atteindre les ODD, il faut s'attaquer frontalement aux causes des Maladies Non Transmissibles et le tabagisme est l'une d'elles. « Le tabagisme est une question de santé publique. C'est pour cela que les journalistes doivent initier le débat et partager les différentes positions de toutes les parties prenantes avec l'opinion publique »,   a affirmé l'organisateur du séminaire.

Il est important que les différentes parties engagent une discussion sur les tenants et les aboutissants de l'avenir du tabac. À défaut, l'introduction de nouvelles technologies dans l'industrie -aujourd'hui présentée comme une grande opportunité de lutter contre le tabagisme- ne répondra pas aux objectifs de santé publique et des centaines de millions de personnes continueront de souffrir voire de mourir du tabagisme.

Il est aujourd'hui plus qu'essentiel que les médias de notre Région posent ce débat qui est à la fois sociétal, sanitaire et économique, afin que les populations et les Etats prennent la pleine conscience des enjeux du moment et de l'avenir de nos sociétés face au fléau que représente le tabagisme.


[1] REJOINT est un réseau indépendant et informel de journalistes africains francophones qui s'intéressent aux questions liées à l'industrie du tabac et de la nicotine ainsi qu'à tous les sujets connexes tels que la santé, l'économie, la sécurité, et la lutte contre le tabagisme

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X