1 Juin 2017

Nigeria: La difficile gestion de l'état de santé des présidents

Photo: Premium Times
President Muhammadu Buhari.

La première dame du Nigeria au chevet du président Muhammadu Buhari ce mercredi 31 mai. Aïsha Buhari est arrivée à Londres, où le président nigérian suit une nouvelle fois, depuis près de trois semaines, un traitement médical.

La santé du président continue d'inquiéter les Nigérians, qui gardent à l'esprit, la disparition subite d'Umaru Yar'Adua en mai 2010. Retour sur la gestion de la communication autour de la santé des chefs d'Etat nigérians.

Le 5 mai 2010, lorsque le président Umaru Yar'Adua s'éteint dans sa résidence présidentielle, les Nigérians sont sous le choc. Pendant plusieurs mois, son état de santé avait été tenu secret. Tellement secret, que même Goodluck Jonathan, alors vice-président, n'avait pas pu lui rendre visite.

« Les proches du Président l'ont emmené se faire soigner en Arabie saoudite. Il est décédé quelques mois après. Cette crise a été mal gérée parce que les Nigérians n'ont pas été informés sur ses problèmes de santé. Or il n'y a rien dans la Constitution qui oblige le chef de l'Etat à rendre public la nature de sa maladie. C'est pourtant un agent de l'Etat ! Les Nigérians ont le droit d'en savoir plus sur sa santé », estime le docteur John Danfulani, politologue à Kaduna.

« Le règne de la gérontocratie »

Depuis 2015, Muhammadu Buhari a effectué trois séjours médicaux à Londres. Avant chaque départ, il a pris soin d'écrire à l'Assemblée nationale. Un geste salué par le Professeur Auwalu Yadudu, à Kano. « La différence que l'on observe aujourd'hui, c'est que le président actuel a, à plusieurs reprises, invoqué la Constitution pour informer l'Assemblée de son intention de s'absenter pour des raisons médicales. Il a dit que le vice-président assure l'intérim. La Constitution a été respectée. Il n'y a donc pas de vide du pouvoir », explique-t-il.

« Le vrai problème, c'est le règne de la gérontocratie chez les élites politiques du nord du pays », souligne le chercheur John Danfulani qui regrette que « tous les prétendants à un poste à haute responsabilité aient plus de 70 ans ».

En savoir plus

Le président Buhari reste absent, deux ans après son arrivée au pouvoir

Il y a deux ans jour pour jour, le 29 mai 2015, le président nigérian Muhammadu Buhari prêtait… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.