13 Juin 2017

Madagascar: Justice - Claudine Razaimamonjy transférée à Antanimora

Photo: Midi Madagasikara
Claudine Razaimamonjy

Après plus de soixante jours « d'hospitalisation », Claudine Razaimamonjy a été transférée hier à la prison d'Antanimora. Un transfert suite au feu vert d'une commission spéciale ayant évalué son état de santé.

Écrouée. Le placement sous mandat de dépôt de Claudine Razaimamonjy, prononcé par la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC) le 7 avril, est effectif depuis hier. La propriétaire de l'hôtel A&C a été transférée de sa chambre d'hôpital au quartier des femmes de la maison d'arrêt d'Antanimora, dans la soirée.

Selon les informations confirmées par le professeur Olivat Aimée Rakoto Alson, directeur d'établissement du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-HJRA), la commission spéciale devant apprécier l'opportunité de poursuivre ou non l'hospitalisation de la prévenue Razaimamonjy, s'est réunie, hier. Selon ses explications, « l'issue de la réunion a amené la maison centrale d'Antanimora à procéder à son transfert ».

La commission spéciale a ainsi considéré qu'« une hospitalisation n'est plus nécessaire ». Selon une note de rappel faite par le Parquet d'Antananarivo en mars 2004, « toute hospitalisation d'une durée probable supérieure à 45 jours doit être appréciée par une commission spéciale ». Une entité qui, à Antananarivo, est composée du médecin chef de l'hôpital Befelatanna, de celui de la division santé au ministère de la Justice et de deux chirurgiens.

« (... ) la durée maximum autorisée [pour l'hospitalisation d'un détenu] est de 45 jours. Au-delà de cette période, la commission spéciale doit se prononcer (... ) », souligne la note. Sitôt sa détention préventive prononcée, Claudine Razaimamonjy a perdu connaissance. S'en est suivie une longue période d'hospitalisation au CHU-HJRA, ponctuée par une « évacuation sanitaire » à Maurice, du 10 au 22 avril.

Clin d'œil

Même si certains affirment que l'escapade mauricienne ne devrait pas être prise en compte, le séjour de la boss de l' hôtel A&C, au service réanimation d'abord, puis dans la chambre 126 du service neurochrirurgie du CHU-HJRA, dépasse les 45 jours. Vers 19 heures, hier, la femme d'affaires cachant son visage et sa suite ont donc quitté sa chambre d'hôpital, escortée par des agents pénitentiaires. Elle a rejoint « ses quartiers somptueusement réaménagés » à Antanimora, près d'une heure après, selon une source pénitentiaire.

Accusée notamment de détournement de deniers publics et de corruption, les péripéties autour de l'enquête et du temps qu'a mis l'exécution du placement sous mandat de dépôt de Claudine Razaimamonjy a déclenché une vague d'indignations au sein de l'opinion publique. Des représentants diplomatiques ont même donné de la voix pour réclamer que la procédure judiciaire sur ce dossier arrive à terme. La réaction la plus virulente vient du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM).

Cette affaire qui, pour le SMM, est l'un des exemples d'« ingérences et immixtions » dans les procédures judiciaires. S'ajoutant à d'autres sujets, l'affaire Razaimamonjy a motivé la tenue de 48 heures de cessation d'activités pour affirmer leur « indignation », face « aux atteintes à l'indépendance de la Justice ». L'exécution de la détention provisoire de la femme d'affaires, prononcée par la CPAC est l'une des « exigences » du Syndicat comme signe « du respect de l'État de droit et de l'autorité de la Justice ».

Dans un communiqué de presse daté du 10 juin, le SMM affirme que « devant l'indifférence totale du pouvoir actuel à nos revendications (... ) nous réitérons notre profonde indignation. (... ) dans la suite de nos actions, lesquelles auront sans doute plus d'intensité et ne cesseront que jusqu'à l'aboutissement de notre objectif à tous (... ) une meilleure Justice (... ) ». De prime abord, le transfert d'hier pourrait être un clin d'œil du pouvoir Exécutif à la Justice, afin d'apaiser la tension actuelle.

Contacté, le juge Clément Jaona, vice-président du SMM concède qu'il pourrait s'agir d'une main tendue des tenants du pouvoir. Seulement, à l'entendre, ce geste pourrait ne pas suffire à résoudre la crise, car d'autres décisions judiciaires attendent d'être exécutées.

En savoir plus

Claudine Razaimamonjy - Transférée hier soir à la prison d'Antanimora

Comment Claudine Razaimamonjy va-t-elle être traitée à Antanimora ? Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.