23 Juin 2017

Afrique: La formation professionnelle, une spécialité suisse au service du développement

communiqué de presse

Berne, Suisse — BERNE, Suisse, 23 June 2017 / PRN Africa / -- Un millier de participants a assisté ce vendredi le 23 juin à la conférence annuelle de la coopération suisse au développement à l'EPFL, à Lausanne. Dans son discours d'ouverture, le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, a souligné le précieux savoir-faire dont la Suisse dispose dans le domaine de la formation professionnelle et le rôle central qu'elle est appelée à jouer dans la coopération au développement dans les années à venir. Si le défi est grand, dans le domaine de la formation, la Suisse a une expérience à transmettre.

La conférence annuelle de la coopération suisse au développement s'est tenue le 23 juin 2017 sur le campus de l'EPFL, haut lieu de la formation et de la recherche sur les rives du Léman. Organisé conjointement par la Direction du développement et la coopération (DDC) et le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Elle était consacrée à l'importance de la formation professionnelle dans la coopération au développement.

Le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, chef du département fédéral de la formation, la recherche et l'économie, ainsi que des intervenants de la DDC, du SECO, d'institutions actives dans des projets au Burkina Faso, au Népal et au Pérou, et des politiciens suisses ont contribué aux débats sur le thème «des perspectives grâce à la formation professionnelle». L'ancienne ministre nigériane des affaires étrangères et des finances Ngozi Okonjo-Iweala a souligné l'importance de la formation professionnelle en Afrique.

«Les jeunes sont l'avenir et peuvent être une force positive centrale dans l'innovation et les changements - pour autant qu'on leur en donne la chance», a déclaré M. Schneider-Ammann à l'ouverture de la journée. Pour la jeune génération en particulier, souvent exposée au chômage et au sous-emploi, une formation signifie de meilleures chances de trouver un emploi et d'avoir un revenu. Elle facilite l'accès au marché du travail et permet ainsi d'améliorer ses conditions de vie et ses perspectives d'avenir en accédant au marché du travail. La formation est par conséquent centrale dans la coopération au développement. Une population bien formée renforce à son tour l'économie d'une région ou d'un pays et offre une voie de sortie de la pauvreté.

Le défi est important, et améliorer l'accès à la formation demande du temps et de l'engagement. La Suisse possède un précieux savoir-faire en matière de formation de base et d'éducation continue, qu'elle veut transmettre et mettre à disposition des pays avec lesquels elle coopère. Ils peuvent y puiser l'inspiration pour développer leur propre culture de formation. Grâce au soutien de la Suisse, une jeune entreprise serbe d'IT a par exemple pu créer et mettre sur le marché des produits et des services innovants, a relevé M. Schneider-Ammann.

Au Burkina Faso, un programme d'appui à la formation professionnelle d'adultes qui n'ont pas pu faire ou terminer leur scolarité combine travail et école. Ce sont principalement les métiers liés au secteur de l'artisanat (mécanique, menuiserie, soudure, couture, coiffure et tissage) qui ont profité de l'appui du programme soutenu par la Suisse: entre 2006 et 2012, plus de 25'000 artisans et artisanes ont pu accroître leur revenu de près de 40% grâce à leurs nouvelles compétences, et plus de 1000 jeunes, dont un tiers de filles, ont appris un métier. Le programme soutien désormais aussi la formation dans les filières liées à l'agriculture, l'élevage et la foresterie.

La DDC s'est dotée cette année d'une stratégie pour l'éducation de base et le développement des compétences professionnelles, et le message sur la coopération internationale 2017-2020 fait aussi passer l'engagement de la Suisse pour la formation aux métiers à un niveau supérieur. La DDC accordera ainsi 50% de moyens financiers en plus à la formation professionnelle dans les quatre ans à venir. Le SECO investira, dans la même période, entre 40 et 50 millions de francs pour le renforcement des compétences professionnelles spécialisées.

Parce que la formation est cruciale pour assurer des perspectives d'avenir, et parce qu'elles sont au bénéfice de la société entière, il faut intensifier les efforts. A la conférence annuelle de la coopération suisse au développement, le message est passé: la Suisse veut s'engager.

Afrique

50 milliards de dollars en faveur de l'Afrique

La Banque de développement de Chine (BDC), le plus grand établissement financier de développement… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.