4 Septembre 2017

Cameroun: Russie 2018 - Le Cameroun en position défavorable

Photo: Chidi Ohalete/BJO/NAN/Premium Times
L'équipe des Super Eagles pour le match de qualification AFCON en 2019 contre Bafana Bafana d'Afrique du Sud, à Uyo.

Avec deux points, les Lions doivent s'imposer lors de leurs trois prochaines sorties et espérer des contreperformances de leurs concurrents dans la poule B.

Mathématiquement, comme diraient ceux qui aiment les calculs alambiqués et espèrent en l'improbable, tout est encore possible dans le groupe B. Le Nigeria, la Zambie, l'Algérie et le Cameroun peuvent en effet encore prétendre, chacun, à ce fameux ticket pour la coupe du monde Russie 2018. Même si les Super Eagles affichent un bilan de neuf points sur neuf possibles, dont cinq d'avance sur le 2e, à savoir la Zambie. Le Cameroun reste à deux points tandis que les Algériens ferment la marche avec un seul point au compteur.

C'est dire si la 4e journée de ces éliminatoires sera cruciale et permettra d'y voir plus clair sur les chances des uns et des autres. Le Cameroun, lui, n'a plus son destin en main dans cette poule, après sa défaite contre le Nigeria. Même si l'espoir reste permis. Pour cela, il lui faudra absolument s'imposer ce lundi face aux Super Eagles et après, remporter ses deux derniers matchs contre l'Algérie, en octobre, et la Zambie en novembre prochain. Et, dans le même temps, espérer que le Nigeria ne gagne aucune de ses prochaines rencontres. Les Lions indomptables, présents lors des deux dernières coupes du monde, sont donc clairement dans une position défavorable. D'autant qu'une nouvelle défaite, ou un nul, ce jour scellerait définitivement leur sort.

Une situation peu enviable dans laquelle se trouve également l'Algérie, autre mondialiste en 2014, qui est pratiquement au bord de la crise après la défaite, samedi dernier, 3-1 en Zambie. Les Fennecs sont au bord de l'élimination, même si un sursaut est également attendu ce mardi pour le match retour à domicile. Le Nigeria est pour sa part bien parti pour être présent en Russie l'an prochain. Une seule victoire leur assurerait le voyage. Au moment du tirage au sort de ce 3e tour des éliminatoires de la coupe du monde, les spécialistes avaient prédit des combats serrés. On en est loin à mi-parcours, même si tout peut encore changer. Toutefois, une certitude d'alors reste actuelle : deux des plus grandes nations du football africain resteront sur le carreau.

L'explication

Hugo Broos: « Une question d'honneur »

Sélectionneur national du Cameroun.

Quels sont les enjeux du match de ce lundi contre le Nigeria, après la défaite de vendredi dernier ? Il n'y a plus de pression pour ce match. Nous avons deux points au classement. Le Nigeria en a neuf. Mais, c'est une question d'honneur. Nous jouons à Yaoundé. Même si le match n'est plus important a priori, j'espère que mes joueurs afficheront la même mentalité que la mienne. Nous allons lutter jusque dans les dernières minutes pour battre le Nigeria. Désormais, pour nous qualifier pour la coupe du monde 2018, il faut que nous gagnions nos trois derniers matchs et que le Nigeria perde les siens. Je ne pense pas que cela arrivera. Si nous avions gagné ce match (celui de vendredi, ndlr), nous aurions eu une chance de qualification. Mais nous l'avons perdue.

Quelle analyse faites-vous du match de vendredi dernier contre le Nigeria ? La meilleure équipe sur le terrain a remporté le match. Nous étions bien dans le match lors des 20-25 premières minutes de la première mi-temps, et lors des 10 premières en deuxième mi-temps. Nous avons fait ce que nous avions à faire. Mais durant le reste de la partie, le Nigeria a été meilleur et plus rapide que nous. Les joueurs nigérians étaient plus déterminés dans les duels. Nous avons perdu 4-0 contre une bonne équipe du Nigeria. Vous pouvez avoir toute l'expérience requise, si vous ne jouez pas au niveau qu'il faut, ça ne sert à rien. Je ne pense pas que les joueurs étaient relâchés. Mais, ils ont encaissé des buts à des moments où ils étaient mieux dans le match, à l'exemple du deuxième but. C'était une grande déception pour l'équipe. Nous avons beaucoup parlé durant la pause. Nous avons bien débuté la deuxième mi-temps et puis le troisième but est arrivé.

A ce moment, nous n'étions plus tout à fait une équipe. Nous n'avions plus assez de force pour lutter. Avec du recul, est-ce que vous pensez avoir opéré les bons choix tactiques ? Tu peux toujours avoir des regrets après un match parce que tu as perdu quatre buts à zéro. Quand tu as vu le match, tu sais très bien ce qu'il fallait faire et ce qu'il ne fallait pas faire. C'est évident. Mais en même temps, nous avons opéré des changements après la première mi-temps. Mais Choupo-Moting a quitté le terrain après 10 minutes à cause d'une blessure.

Donc nous avons aussi eu de la malchance, car j'ai trouvé qu'avec Choupo-Moting nous étions bien dans le jeu. Avec sa blessure, il a fallu encore changer, tandis que pendant la mi-temps, j'avais expliqué ce qu'il fallait faire. Mais après dix minutes, c'est de nouveau autre chose. Dans ce sens là, c'est dommage que Choupo-Moting ait dû quitter le terrain.

En savoir plus

Eliminatoires du Mondial 2018 - Les Lions en difficulté

Le Cameroun doit impérativement l'emporter aujourd'hui à Yaoundé contre le Nigeria, pour entretenir… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.