Burkina Faso: Thomas Sankara ou comment l'Afrique tue ses propres rêves

Thomas Sankara a été de nouveau célébré ce 15 octobre 2017. A l'occasion du 30è anniversaire de son assassinat.

Trente ans après sa disparition, Thomas Sankara reste l'idole africaine, surtout de la jeunesse. Dimanche, une avalanche d'hommage lui a été rendue à travers le monde.

Mais ce qu'il faut garder à l'esprit, c'est que l'Afrique continue de tuer ses Sankara !

Ce que l'Afrique retiendra de Thomas Sankara

Thomas Sankara, c'est l'homme qui sans nul doute était en avance sur son temps. Sa voix résonne encore pour le continent comme la sentinelle qui appelle à la vigilance. Révolutionnaire, il n'avait cessé de mobiliser la jeunesse, l'appelant à une prise de conscience de ses capacités. A travers la jeunesse Burkinabè, Thomas Sankara voulait réveiller la jeunesse africaine toute entière.

Passé très vite sur la liste des hommes à abattre, Thomas Sankara n'a pas eu le temps d'achever sa mission. Mais l'écho de sa voix ne s'est pas éteint avec lui. Thomas Sankara, c'est le symbole d'une Afrique qui échoue à protéger ses rêves ! Sa mort, c'est le symbole de la traitrise, de l'égoïsme, de l'incompréhension entre africains.

30 ans du décès de Thomas Sankara, un anniversaire particulier

Le 30è anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara est bien particulier. Il a été marqué par une grande manifestation à Ouagadougou. Une manifestation pour réclamer justice. Ce qui a conduit les manifestants devant la cour de justice militaire. Ils y ont rendu un mémorandum aux personnes en charge du dossier.

30 ans depuis sa mort, les idéaux de Thomas Sankara auraient atteint la maturité ! Son assassinat a brisé le rêve d'une Afrique libre. Un anniversaire de maturité qui se déroule après la chute du règne du principal présumé auteur de son assassinat, Blaise Compaoré. Aussi, cet anniversaire reste particulier car, depuis sa mort, on peut enfin évoquer une procédure d'enquête officielle.

La Presse célèbre les 30 ans de Thomas Sankara

Ce sont les médias, pour la plupart internationaux qui ont lancé la campagne d'hommage avec une série de dossiers. Rfi a consacré par exemple une série de publications sur l'assassinat du révolutionnaire Burkinabé. Interviews, témoignages, enquêtes... les médias sont revenus sur le parcours bref mais marquant de Thomas Sankara.

« Qui a fait tuer Sankara ? 30 ans après, des pistes d'enquêtes » ! Le titre est de Rfi et porte sur le dossier que la radio consacre à Thomas Sankara. « Burkina : des manifestants réclament « justice » pour Sankara, 30 ans après sa mort », titre Jeuneafrique. Le journal est revenu sur la manifestation organisée à Ouagadougou ce 15 octobre. Une manifestation pour demander justice.

Comment rendre Justice à Thomas Sankara ?

Simple, il faut continuer par faire vivre sa mémoire. D'abord, les autorités burkinabés devront permettre au Burkina et à l'Afrique de faire le deuil ! Ce qui implique de retrouver son sépulcre, les assassins qui devront répondre de leurs actes. Tôt ou tard, ce sera la justice pour Thomas Sankara et pour tous ceux qui ont cru en son rêve.

Faire vire la mémoire de Thomas Sankara, ce sera surtout faire de ces rêves une réalité. Des rêves exprimés chaque instant de son parcours à travers discours et appels. Trente ans après le décès de l'homme, son message reste comme un pressant appel pour tout un continent. L'Afrique qui ne cesse de tuer ses Sankara doit enfin se réveiller. Et c'est sur la jeunesse qu'il faut compter. Ceux qui ont tué Sankara étaient jeunes ! Mais de cette jeunesse, le continent doit s'en débarrasser. Une jeunesse prête à servir la cause du continent, engagée et fière. Une jeunesse qui marche dans les pas donc de Thomas Sankara. Dire non à l'arbitraire !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: This is Africa

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.