17 Novembre 2017

Tunisie: Une astronaute française et deux professeurs tunisiens primés

Une séance de remise de trophées et de diplômes, pour des lauréats de la science, dans le pourtour méditerranéen, a été planifiée par le programme Med 21, membre fondateur de cette initiative éducationnelle et scientifique et organisée conjointement, avec le concours de deux institutions partenaires, la Cité des Sciences de Tunis (CST) et l'Amcsti (association des musées et des centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle de Paris).

Il s'agit de promouvoir l'excellence dans les champs du savoir et la diffusion de la culture scientifique entre les deux rives de la Méditerranée. Si le prix se dénomme Eurêka, ce n'est point un hasard de l'histoire, pour ces organisateurs, déterminés à vulgariser la culture scientifique méditerranéenne. Le prix porte la dénomination Eurêka, du sens grec «j'ai trouvé» sous la symbolique d'Archimède. Selon la légende, le savant grec a lancé Eurêka suite à la projection de bas en haut d'un projectile, hors de la baignoire, ce qui a abouti au principe de la poussée d'Archimède.

C'est à la CST et l'Amcsti qu'est revenu l'honneur de sélectionner et récompenser les acteurs ayant activement participé au développement des divers domaines de la vulgarisation scientifique.

De valeureux et prestigieux lauréats ont été, honorablement, distingués pour leur mérite professionnel, leur générosité au service de la culture et de la science.

Trois prix Eurêka

La lauréate de la rive nord est Dr Claudie Haigneré, première femme française a avoir été dans l'espace, le lauréat de la rive sud est le Pr Tahar Gallali alors qu'un prix a été décerné, à titre posthume, au professeur tunisien Slaïem Ammar, décédé en 1999. Dans son allocution, le Pr Tahar Gallali, lauréat de la rive sud de la Méditerranée, et premier directeur général de la Cité des sciences en 1993, a lancé un appel à lutter contre tous les phénomènes de violence humaine et à accéder à la vulgarisation de l'esprit scientifique en prônant une science accessible à tous.

Le chômage, la violence exacerbent les esprits, les passions débordent, créent des excès. L'ambition, alors, est d'obtenir un savoir vérifié, adopté et partagé. A ce titre, en fin de cérémonie, il a déclaré ainsi, non sans émotion, à La Presse : «Il faut enraciner la culture scientifique, comme un échappatoire à l'intégrisme religieux ou le terrorisme. La violence dans notre société actuelle a pris une telle ampleur qu'il convient d'en éradiquer le dogmatisme lié. Il faut creuser des canaux pour les jeunes, de façon indispensable, afin de développer des capacités nouvelles».

Beaucoup d'émotion et de joie

Dr Haigneré n'a pas caché son émotion au moment de recevoir le trophée distinctif en verre ayant pour écrin un beau boîtier rouge : «Chers amis de la science, vous incarnez pour moi le symbole de cette belle générosité, faite de don de soi. Cet événement baptisé Eurêka va créer ce souci, chez tous, de vivre la joie de la découverte. Mais avant, il faut accéder au désir de connaître et être animé de la soif d'apprendre et de comprendre». Rhumatologue et astronaute, elle est célèbre pour être la première femme française ayant participé à une mission spatiale, Cassiopée en 1996, et Andromède en 2001.

Toujours active, la veuve du Pr Slaiem Ammar, pionnier de la psychanalyse en Tunisie, est venue recevoir le trophée et a prononcé un petit discours, défendant la cause de son défunt mari. Il était chef de service psychiatrie à l'hôpital Razi de 1960 à 1988. Une petite brochure remise aux conviés le décrit dans des termes élogieux : «Boulimique de savoir, avide et insatiable de connaissances, sa passion était le partage, la transmission et la communication. Sa générosité et son honnêteté étaient inégalées, c'était un vrai hakim».

Les organisateurs ont remercié la présence du corps diplomatique français, italien, russe et la participation contributive de l'Institut Français de Tunisie, sous le patronage de l'ambassadeur de France, M. Olivier Poivre d'Arvor. En clôture de la cérémonie, on apprend que la deuxième édition du prix Eurêka se tiendra l'an prochain à Paris, en France.

Tunisie

Quand la défiance remplace la confiance

Leurs revendications consistent à vouloir changer de statut et adhérer, de la sorte, à la… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.