Congo-Kinshasa: Alerte - Des antipaludéens contrefaits circulent sur le marché

Boîtes de médicaments contre le paludisme
18 Novembre 2017

Les médicaments anti malaria (antipaludéens) contrefaits ont été importés frauduleusement en RDC et les analyses des laboratoires ont révélé l'absence totale de principes actifs.

Des antipaludéens contrefaits circulent actuellement sur le marché congolais, ont constaté les services de l'Inspection générale à la santé.

Dans un communiqué daté du 14 novembre 2017, le ministre de la Santé publique, Dr Oly Ilunga Kalenga, alerte la population congolaise à ce sujet, lui enjoignant de « ne jamais utiliser ces produits et de signaler toute vente de ces produits aux services de l'Inspection générale à la santé ».

Il y a trois médicaments antipaludiques qui sont concernés par le communiqué du ministre de la Santé publique. Il s'agit, d'un côté, de COMBIART 20/120 mg comprimé, de l'autre de FANSIDAR 25/500 mg (numéro de lot 29722) et, enfin, de COARTEM 20/120 mg (numéro des lots F2153 et 2153).

Enfin, révèle le communiqué, ces produits ont été importés frauduleusement en République démocratique du Congo et les analyses des laboratoires ont révélé l'absence totale de principes actifs.

On ne cessera jamais de le dire que la République démocratique du Congo ressemble à un dépotoir où toute personne peut venir déposer les produits, de quelle nature que ce soit, même nuisible à la santé, interdits pourtant sous d'autres cieux. En témoigne le cas des médicaments antipaludéens contrefaits qui circulent actuellement sur le marché et qui l'objet du communiqué de l'actuel ministre de la Santé publique.

Ce cas, mis sur la place publique, fera sans doute l'objet d'une enquête au niveau des services compétents. Mais pareille enquête ne sera diligentée que pour la consommation extérieure. Car le passé renseigne que des médicaments contrefaits étaient signalés sur le marché congolais mais aucune arrestation n'avait été enregistrée par les agents des services chargés de contrôler l'entrée des marchandises à nos frontières.

Comparaison n'est pas raison, dit-on. Peut-être que cette fois-ci, les choses iront autrement et qu'on ne manquera pas d'éventrer le boa en procédant à l'arrestation des fonctionnaires indélicats et leur mise à disposition devant la justice pour qu'ils répondent de leurs actes.

En République démocratique du Congo, le paludisme tue plus que le sida, d'après des sources hospitalières. Et l'on dit même que le paludisme est la première cause d'hospitalisation et de décès en République démocratique du Congo. Selon les statistiques officielles, la RDC représente, avec le Nigeria, 40% des décès dus au paludisme dans le monde, rappelle-t-on.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.