Kenya: Respect du verdict des urnes

La validation de la réélection du président Uhuru Kenyatta par la Cour suprême remet les acteurs politiques kenyans face à leurs responsabilités. Le leader de l'opposition, Raila Odinga, avait souhaité que la haute juridiction annule le scrutin du 26 octobre sous le prétexte que les réformes initiées au sein de la Commission nationale électorale indépendante ne garantissaient pas l'organisation d'une élection libre et transparente.

Raila Odinga avait tellement insisté sur la profondeur des réformes qu'il avait fini par se retirer du processus électoral sans avoir obtenu gain de cause. Le leader de l'opposition espérait voir sa requête produire l'effet escompté.

Comme ce fut le cas lorsque la Cour suprême avait annulé le scrutin présidentiel du 8 août denier à cause des irrégularités constatées dans le processus de transmission des résultats, à la suite d'un recours introduit par l'opposition.

Il est clair que la Cour suprême a statué, hier, sur les résultats de la présidentielle du 26 octobre, sans pression et sans passion.

De la même manière qu'elle avait jugé les résultats du scrutin du 8 août dernier. Il appartient dès lors aux acteurs politiques de respecter le verdict des urnes. La crise politique qui secoue le Kenya depuis plus de deux mois ne profite ni à l'opposition, ni au régime du président réélu Uhuru Kenyatta.

Cette crise est d'autant plus préoccupante que 52 Kenyans y ont perdu la vie.

Qui plus est, les violences marquant cette période difficile rappellent la crise postélectorale de 1997. Laquelle s'était soldée par un million de morts et plus de 600.000 déplacés. Jusqu'aujourd'hui, les déplacés n'ont pas pu regagner leurs terres, malgré les procédures enclenchées dans ce sens.

La campagne de résistance nationale annoncée par l'opposition n'apporte aucune solution viable puisqu'elle risque d'affecter davantage l'économie kenyane déjà perturbée par les désordres. L'intérêt supérieur de la nation commande certainement de respecter le verdict des urnes pour sortir de la crise et remettre le Kenya au travail.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.