24 Novembre 2017

Afrique Centrale: Réfugiés rwandais - La cessation du statut approche

Les Rwandais résidant à l'étranger en tant que réfugiés pourraient perdre cette qualité le 31 décembre 2017.

Pour le gouvernement rwandais et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le Rwanda est suffisamment stable et en paix pour justifier la clause de cessation du statut de réfugiés dont jouissent de milliers de ses ressortissant à l'étranger.

D'ici à la fin de l'année en cours en tout cas, plusieurs milliers de Rwandais qui ont fui leur pays à la suite du génocide de 1994, vont perdre leur statut de refugié.

En vertu de l'accord international visant à éliminer progressivement le statut de réfugié pour les Rwandais, les ressortissants vivant à l'étranger en tant que réfugiés ont jusqu'au 31 décembre 2017 pour rentrer chez eux ou s'installer dans leur pays d'accueil.

Au-delà du 31 décembre, ceux qui ne seront pas rentrés devront présenter une nouvelle demande de statut de réfugié s'ils veulent rester réfugiés. Mais ce sont les gouvernements des pays hôtes qui vont examiner leurs demandes et les réadmettre en tant que réfugiés ou non.

Pour le HCR 3,5 millions de Rwandais sont rentrés chez eux au cours des 20 dernières années. L'agence onusienne encourage d'autres à rentrer. Du reste, c'est une demande de Kigali qui estime qu'il n'y a plus de raisons pour ses ressortissants de vivre à l'étranger.

Le gouvernement rwandais rejette en bloc toutes les critiques sur l'insuffisance des libertés individuelles dans le pays. L'article 1C de la Convention de Genève dispose que quand les conditions qui ont amené des réfugiés à quitter leur pays d'origine ont cessé d'exister, en l'occurrence

« une guerre civile avec des conflits armés », on peut appliquer la clause de cessation.

Pourtant, plusieurs organisations de la société civile sont inquiètes et militent pour que les réfugiés soient consultés et que les retours éventuels soient volontaires. D'ores et déjà la République démocratique du Congo où vivent 250 000 réfugiés rwandais a décidé de différer la date limite.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a promis qu'il n'abandonnera pas les réfugiés. L'intégration locale ou le maintien du statut pour ceux qui en feront la demande sont des possibilités.

Ceux des refugiés qui prouveront qu'ils risqueraient leur vie en rentrant dans leur pays seront protégés. Mais ce sera aux pays d'accueil avec lesquels, le HCR a signé des accords d'en décider.

Cameroun

Biya reçoit M. Faki - Le pays «fidèle» à ses engagements sur les droits de l'homme

Vendredi 13, au Cameroun, le président Paul Biya recevait pour un déjeuner officiel le président de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.