Sénégal: Fiscalité - Les députés, plus aisés, plus gâtés

27 Novembre 2017

Ce que vient de révéler le député Ousmane Sonko est très grave. Les représentants du peuple, grassement rémunérés pour un piètre boulot, ne devraient pas accepter de porter le bonnet d'âne en matière fiscale.

En effet, même si l'effort fiscal du président de la République en faveur des contribuables les moins aisés en 2012, lors de la réforme fiscale, est assez louable, aménager un paradis fiscal aux députés est simplement scandaleux. Ceux qui votent les lois ne doivent pas être les premiers à les enfreindre pour créer une injustice fiscale. L'Assemblée devrait être la première à s'auto appliquer pour donner l'exemple.

Pourtant comme le répètent souvent les institutions financières internationales à l'Etat, il faut élargir l'assiette fiscale, mettre fin aux exonérations et faire payer tous ceux qui doivent contribuer.

Mais, au lieu de suivre ces recommandations, le gouvernement continue de taper toujours sur les mêmes, poussant certaines Petites et moyennes entreprises (Pme) à ne pas se signaler pour éviter d'être harcelées tout le temps.

D'un autre côté, le matraquage fiscal auquel font face certaines entreprises, dicté par les résultats fixés aux régies financières, inquiète de nombreux chefs d'entreprises qui l'assimilent même à un «braquage».

Pis, pendant que certaines entreprises paient, des importateurs, des mêmes produits qu'elles fabriquent, fraudent et les concurrencent sur le marché.

Ce qui fait que l'Etat est en train de tuer petit à petit la poule aux œufs d'or. Et le Fisc a très souvent la main lourde pour infliger des pénalités hors normes afin d'alimenter le fonds commun que se partagent agents de la régie financière doublement payés pendant que les vaillants enseignants, loin des bureaux climatisés, assurent l'avenir du pays dans des conditions exécrables.

Ce deux poids deux mesures entre les députés et le reste du peuple, conjugué aux exonérations et autres amnisties fiscales, a fini par créer une situation de «ras-le-bol» fiscal. Du moment que la fiscalité est une loi qui a une portée générale, l'Etat ne devrait en aucun cas accepter qu'il y ait une discrimination entre les Sénégalais pour ce qui est de l'impôt.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Wal Fadjri

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.