Afrique: Vente des migrants en Libye - Une enquête parlementaire UA-UE annoncée

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, accueilli par le Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, au Sommet Union africaine - Union européenne à Abidjan.
29 Novembre 2017

Pour le président du parlement européen la Côte d'Ivoire est un modèle à suivre car elle dispose d'une base industrielle ainsi que d'une diversification de l'économie.

Antonio Tajani veut situer les responsabilités dans l'esclavage en cours en Libye. Ce mercredi à l'Assemblée nationale, au Plateau, le président du Parlement européen a annoncé qu'une enquête parlementaire se rendra bientôt dans ce pays. La mission aura lieu du 16 au 25 décembre prochain, a-t-il précisé et sera composé des parlementaires européen et africain.

Sur l'insécurité qui existe dans la sous-région marquée par le terrorisme, il a fait savoir que la paix ne peut être obtenue sans une coopération. « Nous devons coopérer ensemble dans ce domaine, aussi à travers les organisations régionales comme la Cedeao ou l'Union Africaine », a-t-il recommandé exhortant aussi à une volonté politique.

Mais avant, Antonio Tajani a félicité les autorités ivoiriennes pour les efforts consentis pour positionner ce pays. « Le pays qui est sorti il n'y a pas si longtemps d'une crise politico-militaire, est devenu en quelques années une des économies les plus dynamique du continent, avec une croissance estimée à 8% cette année. La deuxième économie de la région après celle du Nigéria. C'est le modèle à suivre : une base industrielle et la diversification de l'économie », a-t-il salué en invitant les autorités ivoiriennes à poursuivre sur cette dynamique en favorisant des réformes, pour améliorer le climat des affaires, pour attirer plus d'investissements.

Rappelons qu'Antonio Tajani est à Abidjan dans le cadre du 5ème sommet UE-UA qui prend fin ce jeudi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.