30 Novembre 2017

Burundi: Les feux tricolores, une joie de courte durée

Les feux tricolores qui sécurisent et arrangent le trafic, implantés depuis quelques mois sur les grandes artères de la capitale, ne rassureraient pas pour autant. Petite balade avec Martine Nzeyimana dans les rues de Bujumbura où panne de ces feux rime bien avec l'indifférence de ses habitants. Une promenade dangereuse, prévient la journaliste-blogueuse.

Début juillet, j'avais, comme pas mal de citadins, poussé un ouf de soulagement. Avec les feux, j'ai fortement espéré que la circulation allait être bien régulée. Et je l'avoue, les choses se sont nettement améliorées d'une certaine manière. Des conducteurs qui roulaient à tombeau ouvert ont calmé leur ardeur depuis.

Mais malgré cela, dans certains coins où des feux agencent la circulation, quelque chose cloche. Problème de maintenance ou de réglage... probablement. Un truc ne tourne pas rond.

Il n'y a pas plus de deux semaines un véhicule m'a foncé dessus pendant que j'empruntais la voie des piétons. Me référant au clignotant vert qui m'autorisait à m'engager, il m'a fallu du temps pour réaliser que contrairement à ce que je pensais, le conducteur qui me chargeait n'avait pas grillé un feu. Il pensait être aussi dans son droit, s'étant référé au feu d'en face. Ce problème de synchronisation se remarque (trop) souvent.

Les feux, une affaire de piétons aussi

Autre hic : la durée d'attente. Dans certains endroits très fréquentés par les piétons, les feux ne donnent que quelques secondes pour traverser. Sommes-nous supposés aller à l'autre bout de la rue en courant ?

Si ce n'était que ça. Ces engins tombent aussi (souvent) en panne. Les problèmes techniques sont normaux, allez-vous me dire. Mais je rappelle qu'en fonctionnant mal, ils nous mettent tous en danger.

«Un jour, j'ai attendu plus de cinq minutes pour que ces feux virent au vert pour finalement me rendre compte qu'ils ne marchaient pas du tout », se plaignait tout récemment un conducteur de taxi.

Certes le tort n'est pas uniquement imputable au « dysfonctionnement « . Certains piétons et conducteurs ne sont pas clean non plus. Chaque jour je vois des gens passer sans daigner guetter le feu.

Et si ces signaux tombent en panne souvent, et que nous autres on ne se gêne pas à les violer quand ils fonctionnent, à quoi nous servent-ils alors ?

Burundi

Un militant des droits de l'homme condamné à 5 ans de prison

Le militant des droits de l'homme burundais, Nestor Nibitanga, ex-représentant de l'Association burundaise pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.