Afrique: Immigration irrégulière - Le HCR estime à près de 20 000 le nombre de migrants en Libye sous contrôle gouvernemental

Photo: Le Pays
Des migrants
2 Décembre 2017

« Ils sont 18 000 à 20 000 personnes, le nombre de migrants en Libye sous contrôle gouvernemental, sans compter ceux sont dans la partie du territoire non contrôlée par les forces gouvernementales », a affirmé Mohamed Touré, représentant le Haut-commissariat pour les réfugiés en Côte d'Ivoire.

C'était à l'occasion de la conférence organisée par la direction des Ivoiriens de l'Extérieur, en partenariat avec l'organisation Internationale pour la migration (Oim), le Hcr et les Ambassades de la France et de l'Allemagne en Côte d'Ivoire, à l'Institut français d'Abidjan- Plateau, autour du thème "Migrations entre mythes et réalités: comprendre les enjeux et dépassionner le débat". Un événement parallèle au 5ème sommet de l'Ue-Ua à Abidjan.

L'objectif de cette conférence-débat était de déconstruire les idées fausses en donnant les chiffres clés sur les migrations irrégulières. Et en présentant également l'apport économique des migrants dans leurs pays d'accueil et dans leur pays d'origine.

Il s'agissait également d'expliquer les raisons de l'augmentation des flux de l'immigration irrégulière et les dangers auxquels s'exposent ces personnes qui choisissent ces voies.

C'est aussi une occasion d'offrir des pistes de décisions aux décideurs et sensibiliser le grand public sur les dangers de l'immigration irrégulière.

Selon Dr Fodié Tandjigora, de l'Université de Bamako, l'immigration rapporte par an 426 milliards de FCFA au Mali. Parlant des causes, Abdel Ethmane, représentant l'Union africaine, estime que les causes de l'immigration sont liées au changement climatique, à la déforestation et à la mal gouvernance des États.

S'agissant des conséquences, l'Oim affirme qu'en 2016, plus de 300 000 migrants ont traversé le Niger à destination de l'Europe via l'Algérie et la Libye. En janvier 2017, ils sont estimés à 40 000 personnes. Les statistiques de l'Oim font également état de 7495 victimes. En particulier, ces personnes ont disparu ou péri en tentant la traversée de la méditerranée.

Une enquête récente de l'Oim auprès des migrants arrivés en Italie révèle que 77% de ces migrants affirment avoir été victimes d'abus sur la route et de pratiques d'exploitation.

Depuis, des initiatives se multiplient pour lutter contre le phénomène. « A ce jour, la Côte d'Ivoire a déjà rapatrié 1620 personnes », selon Issiaka Konaté, directeur général des Ivoiriens de l'extérieur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.