9 Décembre 2017

Somalie: Piraterie maritime au large de la Somalie - La présidence du CGPCS assurée par la COI

La Commission de l'Océan Indien (COI) prend la présidence du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes (CGPCS) pour une période de deux ans, à partir du 1er janvier 2018.

Assurée par la République des Seychelles, la présidence du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes (CGPCS) sera, à partir de l'année prochaine et pour une période de deux ans, assurée par la COI. L'ambassadeur Barry Faure, Secrétaire d'Etat des Seychelles et président en exercice du Groupe de contact, a symboliquement passé le flambeau à la présidence de la COI, représentée par son Secrétaire général, lors d'une cérémonie de passation qui s'est tenue le 1er décembre 2017 à Port-Louis, à l'île Maurice.

« Nous avons pu enclencher des mécanismes plus adaptés pour combattre la piraterie et la prise de présidence du CGPCS par la COI est une suite naturelle dans la mesure où cette organisation régionale a toujours été impliquée dans la lutte contre la piraterie et les autres menaces et risques en mer à travers son unité anti-piraterie basée aux Seychelles, le programme MASE et aussi en co-présidant depuis 2014, le groupe de travail 1 du CGPCS axé sur le développement de capacité régionale », a-t-il déclaré, satisfait du travail accompli durant son mandat.

Pour sa part, le Secrétaire général de la COI, Hamada Madi, qui représentait Vishnu Lutchmeenaraidoo, chef de la diplomatie mauricienne et président du Conseil de la COI, a affirmé que cette nouvelle responsabilité « permettra à la COI de poursuivre et d'amplifier l'action des Seychelles à la présidence du CGPCS. Nous comptons sur l'implication effective de tous les membres du Groupe de contact, car nous sommes liés par des intérêts communs. La sécurisation des routes maritimes de l'Océan Indien est un défi qui dépasse le seul cadre de la région... ».

Mobilisation internationale. Créé en 2009, le CGPCS, forum international ad hoc rassemble les acteurs concernés par la piraterie somalienne : pays de la région, d'Europe occidentale, du Moyen-Orient, d'Asie et des Amériques, l'industrie, les organisations maritimes et les ONG. A ce jour, la coalition internationale compte quelque 68 pays et 24 organisations internationales comme membres. Le Groupe de contact coordonne les efforts politiques, militaires et non gouvernementaux pour lutter contre la piraterie au large des côtes de la Somalie. Grâce à l'appui des pays et des différentes organisations, le CGPCS est en mesure de mobiliser des moyens et compétences et de proposer des mécanismes et solutions pour contrer la piraterie et les autres crimes, menaces et risques en mer.

Le CGPCS travaille également en étroite collaboration avec plusieurs universitaires et des bureaux d'études pour mener des expériences et des études de cas « informelles » sur plusieurs thématiques liées directement et indirectement à la piraterie et aux autres activités illicites en mer. Plateforme multidisciplinaire, le Groupe de contact se démarque d'une organisation internationale traditionnelle par son caractère expérimental et sa flexibilité. Centrée sur le résultat, cette coalition internationale réalise des études de cas et teste des nouveaux procédés et projets adaptés à la réalité somalienne.

Somalie

Le pays pourrait envoyer des troupes de maintien de la paix au Soudan du Sud

La Somalie pourrait envoyer des troupes de maintien de la paix au Soudan du Sud. C'est ce que propose l'organisation… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.