12 Décembre 2017

Burkina Faso: 11-Décembre à Gaoua - Un hommage à l'anthropologue Madeleine Père

Le Laboratoire de recherches pluridisciplinaires en sciences humaines de l'université de Ouaga 1 Pr Joseph-Ky-Zerbo, en collaboration avec le Laboratoire d'anthropologie du contemporain de l'université lumière Lyon 2, a organisé le 9 décembre 2017 à Gaoua, un colloque sur le thème : «Militance pour la connaissance des cultures du Sud-Ouest du Burkina Faso ». Cette rencontre vise à rendre hommage à l'anthropologue Madeleine Père.

Les efforts de l'anthropologue Madeleine Père pour la valorisation des cultures du Sud-Ouest du Burkina Faso sont appréciés à sa juste valeur par les fils de la région. Pour traduire la reconnaissance de la nation, un hommage lui a été rendu, le samedi 9 décembre 2017, à Gaoua à travers un colloque, par le Laboratoire de recherches pluridisciplinaires en sciences humaines de l'université de Ouaga1 Pr Joseph-Ky-Zerbo en collaboration avec le Laboratoire d'anthropologie du contemporain de l'université Lumière Lyon 2.

Avec comme thème : «Militance pour la connaissance des cultures du Sud-Ouest du Burkina Faso », la conférence a été animée en trois grandes thématiques. La première communication s'est penchée sur le Musée des civilisations du Sud-Ouest du Burkina Faso dont Madeleine Père a été l'une des initiatrices. La deuxième a porté sur ses œuvres sociales en faveur des populations. La troisième communication a été consacrée aux ruines de Loropeni sur lesquelles elle a aussi travaillé. Pour le coordonnateur scientifique du colloque, Dr Yamba Bidima, cette activité doit être perçue comme une contribution des deux laboratoires à la célébration du 57e anniversaire de l'indépendance du Burkina Faso. « Nous avons choisi ce moment pour rendre hommage à cette religieuse, cette assistante sociale qui a apporté sa contribution significative à la connaissance des peuples du Sud-Ouest » a-t-il expliqué.

Durant plus de 40 ans, a-t-il poursuivi, Madeleine Père s'est beaucoup investie dans des recherches anthropologiques sur divers thèmes tels que l'économie lignagère, l'organisation sociale, les croyances, les mythes du peuple du Sud-Ouest. Le représentant du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Pr Magloire Somé d'ajouter que celle qui est surnommée « Bimbo » (bon cœur en lobiri) est une icône du développement de la culture. Il a souhaité que les fruits du colloque et les recherches de l'anthropologue soient mis à la disposition des étudiants. «L'université de Gaoua nouvellement créée comporte une filière telle que la gestion du patrimoine dont les curricula sont déjà déterminés. C'est une opportunité à saisir par les apprenants » a-t-il relevé.

L'appel semble avoir reçu un écho favorable. La présidente du comité d'organisation de la cérémonie d'hommage, la Sœur Jacqueline Hien, a relevé que la 1re pierre d'une bibliothèque a été posée le 8 décembre dernier. « Une fois construite, cette bibliothèque permettra de conserver les œuvres de Madeleine pour les rendre accessibles aux chercheurs et aux étudiants », a-t-elle expliqué.

Burkina Faso

Etat de la liberté de la presse - Une conférence publique pour renforcer le professionnalisme dans les médias

La liberté de la presse est une réalité au Burkina Faso. En effet, le classement mondial sur la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.