13 Décembre 2017

Angola: Des morsures des chiens enragés tuent 45 personnes à Bié

Cuito (Angola) — 45 personnes sont mortes dans la province de Bié (centre) de janvier à septembre dernier, victimes de rage, a informé mercredi à Cuito, le chef de section des grandes endémies de la direction locale de santé, Nelson Stover.

Ces décès ont été enregistrés dans neuf municipalités que composent la province de Bie, où Cuito est à la tête avec 22 morts, soit plus six comparativement à la même période de 2015.

Le responsable a confirmé avoir enregistré 1.999 cas de morsures de chiens, entre enragés et suspects de cette maladie.

Selon lui, la personne mordue par un chien infecté de rage court, à 100 pour 100, le risque de perdre la vie, d'où la nécessité d'acquérir des vaccins.

Le département vétérinaire de la Direction Provinciale de l'Agriculture et du Développement Rural réalise actuellement une campagne de vaccination pour surmonter cette situation.

Angola

Afro-coupes - "Tony Cabaça est le héros" - Zeca Amaral

En défendant deux pénaltys, aux 43 et 48 minutes, le gardien Tony Cabaça a été le… Plus »

Copyright © 2017 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.