13 Décembre 2017

Congo-Kinshasa: Attaque contre la MONUSCO - Une commission d'enquête à pied d'œuvre

La mission onusienne garde haut son moral après l'assaut dont elle a été victime à Beni, au Nord-Kivu. C'est du mois ce qu'une poignée de ses responsables ont démontré et assuré hier, en marge de la conférence hebdomadaire de la mission des Nations Unies au Congo-Kinshasa.

Il sied de rappeler que l'attaque de ce poste de Semiliki a causé la mort de 14 casques bleus et 5 militaires FARDC ainsi que des nombreux blessés. Lors de la conférence onusienne menée par Charles Bambara depuis Goma, le Commandant Adil Esserhir, porte-parole militaire a.i de la Monusco, a révélé, dans son compte-rendu, "que cette attaque lâche n'affecte en rien la détermination de la Force de la Monusco à combattre". Par ailleurs, signale la Monusco, une commission d'enquête, mise sur place, se trouve déjà sur les lieux pour mener les investigations nécessaires afin de recueillir et d'analyser les éléments d'information liés à cet incident. La principale information de la semaine, sur le plan sécuritaire, a concerné, sans surprise, la situation sécuritaire dans le territoire de Beni, suite à l'attaque perpétrée par des présumés éléments des forces démocratiques alliés (ADF) contre la base de la Monusco.

En effet, le jeudi 7 décembre 2017, des présumés éléments ADF ont lancé une attaque contre la Compagnie opérationnelle de la Force de la Mission des Nations Unies au Congo-Kinshasa à Semiliki, à Beni, dans la province du Nord-Kivu. Cette attaque a été repoussée par la Force de la Monusco et dans laquelle 14 casques bleus ont perdu la vie alors que 44 autres ont été blessées, a signalé la Monusco. La Mission onusienne révèle qu'aussitôt évacués par les moyens aériens, 27 blessés reçoivent, présentent, leur traitement à Goma, 7 à Beni, 5 à Kinshasa et, enfin, 5 autres, dans un état grave, ont été évacués à Kampala pour y recevoir des soins médicaux appropriés.

Pour démontrer toute l'urgence qu'a revêtue cette attaque subie de plein fouet par la Monusco, le porte-parole militaire a confié que dès le lendemain de cet assaut, le commandement de la force Monusco s'est inséré dans le dispositif de Semiliki pour diriger et coordonner les opérations sur place. Et, la base de cette contrée a été depuis renforcée par la Brigade d'intervention. En définitive, la Monusco réitère ses condoléances aux familles éprouvées par la barbarie de cet incident.

Congo-Kinshasa

Ouattara donne «sa leçon» de démocratie à l'Afrique

L'assistance s'attendait à tout sauf à cette bombe que le chef de l'Etat ivoirien a lancée… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.