13 Décembre 2017

Burkina Faso: 11 décembre 2018 à Manga - Le flambeau accueilli en grande pompe

Le gouverneur du Centre-Sud, Bouraogo Casimir Sègueda, a conduit une délégation, le mardi 12 décembre 2017, qui a parcouru quelques communes de la région.

Elle est allée présenter le flambeau de l'organisation des festivités du 11-Décembre, reçu la veille à Gaoua. Dans les localités visitées, à l'exception du Nahouri, la «torche» de l'indépendance a été accueillie dans une ferveur populaire.

Manga, la capitale régionale du Centre-Sud est l'hôte des festivités du 11-Décembre 2018. La passation de témoin entre Gaoua, la « cité du Bafuji », et Manga, la « cité de l'Epervier », s'est matérialisée par la prise du flambeau au soir du 11 décembre 2017. Avant de regagner Manga où elle séjournera jusqu'au 11 décembre 2018, la «torche» de l'indépendance a parcouru quelques communes de la région du Centre-Sud. Les forces vives de la localité, avec à leur tête le gouverneur Bouraogo Casimir Sègueda, sont les initiatrices de ce périple journalier, depuis Kombissiri jusqu'à Manga, en passant par Toécé, Nobéré et Guiba. Au point de départ du cortège, dans la matinée du mardi 12 décembre 2017, à la périphérie de Ouagadougou, l'ambiance est celle des grands jours. Vêtus pour la plupart, qui de Faso danfani soigneusement brodés qui de tee-shirts frappés d'écriteaux tels, « Manga 2018 », « Pour la réussir du 11-Décembre 2018, je m'engage », les participants, tout sourire, échangent et rient tout en savourant l'occasion des retrouvailles avec d'anciens camarades et frères.

Liesse populaire à Kombissiri

A 9h, le gouverneur Sègueda rejoint le groupe, muni du flambeau et du drapeau. La torche en cuivre, tenue par deux mains et surmontée d'une épaisse bougie au-dessus de laquelle scintille une petite flamme passe de main en main, sous le crépitement des flashs d'appareils. Après ces séances photos improvisées, le top de départ est donné. La file de la quarantaine de véhicules s'ébranle en direction de la première commune de la région du Centre-Sud, Kombissiri. Là, une foule nombreuse attend la délégation. Les vrombissements de motos, les cris stridents, les youyous et les applaudissements noient la voix du maître de cérémonie, à l'arrivée du flambeau. Il est présenté au public puis remis au maire de la ville à qui le gouverneur invite à faire en sorte « de mobiliser toute la population de Kombissiri pour relever le défi de l'organisation de la fête de l'indépendance à Manga en 2018 ».

La haut-commissaire de la province du Bazèga, Irma Francine Zoungrana, qui reçoit symboliquement le drapeau est, elle aussi, invitée à faire de même. Tour à tour, ils promettent à leurs hôtes, tout comme le Naaba Sanem de Kombissiri, de travailler pour engranger le même succès qu'à Gaoua, voire plus. Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, fils de la localité, dans son adresse, salue le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et son gouvernement pour le choix du Centre-Sud comme la région hôte des festivités du 11-Décembre 2018. Il rappelle au passage les retombées de l'évènement pour la localité, en l'occurrence le renforcement des infrastructures et du tissu économique grâce à l'important fonds qui sera mis en jeu. Environ 30 mn s'écoulent au cours de ces entre-faits. Laissant les populations de Kombissiri dans une ferveur soutenue par la musique traditionnelle et moderne, le cortège se met en route pour Toécé, une autre commune de la province du Bazèga.

A ce lieu également, la population sortie en grand nombre acclame les porteurs du flambeau. La petite Aminata, élève en classe de CM1 dans un établissement de la place fait partie de la foule en liesse. Même si elle avoue ne pas comprendre le sens du flambeau, dit savoir qu'il y aura une grande fête dans la région et c'est pourquoi elle est contente. Comme à Kombissiri, le bourgmestre de Toécé, Clément Zongo, ainsi que tous les intervenants, se fendent dans un discours mobilisateur et promettent l'engagement pour la réussite de l'organisation du 11-Décembre 2018 à Manga.

Visite avortée à Pô

11 heures 55 mn. De Toécé, la délégation met le cap sur Pô, la capitale du Nahouri. Après une heure de route, elle franchit le parc national Tambi-Kaboré et aborde les premières concessions de la ville. Mais, plutôt qu'une foule en joie, c'est un groupe de personnes en colère qui fait barrage au cortège, l'empêchant d'arriver en ville où un comité d'accueil, semble-t-il, est en place. Tout agités et scandant des propos tels « Non au flambeau », les protestataires informent que la délégation n'est pas la bienvenue. Pour cause, le chargé de la communication de la Coordination provinciale des OSC du Nahouri, Zavier Kouguibé, explique que le mouvement d'humeur est consécutif à la décision de la concentration des réalisations des infrastructures à Manga au détriment des autres chefs-lieux de provinces dont Pô.

13h 40mn. Face à la détermination des manifestants, le cortège rebrousse chemin en direction de Nobéré, une commune de la province du Zoundwéogo. Acclamations, prestations, discours de réjouissance et d'engagement rythment la cérémonie festive organisée par la population et les premiers responsables administratifs et coutumiers. Après l'étape de Nobéré, direction, Guiba. En cours de route, le cortège marque plusieurs arrêts pour saluer les élèves sortis accueillir le cortège et voir « en vrai » le flambeau. A Guiba, la joie et l'ambiance sont aussi au rendez-vous. Le cérémonial est le même que dans les communes traversées. Dans leurs discours, les premiers responsables administratifs et coutumiers insistent aussi sur leur détermination et leur engagement à accompagner le comité d'organisation du 11-Décembre 2018. Le cortège, qui s'est encore allongé de plusieurs dizaines de voitures, prend ensuite la route pour Manga, la destination finale. L'horloge indique 16 heures 45 mn.

Une mobilisation sans précédent pour le flambeau

A l'entrée de la ville, à la tête d'une délégation de responsables administratifs et coutumiers ainsi que de jeunes en liesse, la secrétaire générale de la région, Clarisse Bayala vient à la rencontre de l'équipe du gouverneur et des symboles qu'ils ont été chercher depuis la veille à Gaoua.

Les civilités terminées, le gouverneur Sègueda, le président du Conseil régional, Dr Modeste Yerbanga, le haut-commissaire de la province du Zoundwéogo, Aboubakar Traoré et le maire de la ville de Manga, Jérôme Timbila Rouamba, prennent place à l'arrière d'un véhicule avec le flambeau et le drapeau. Débout, ils saluent, à main levée, la marée humaine venue à leur rencontre. La file interminable de véhicules a du mal à avancer eu égard à la forte mobilisation et aux conducteurs de motos et tricycles qui comptent aussi finir le trajet avec leurs hôtes. Regroupés à la porte de leurs maisons ou devant les établissements bordant la route, les riverains crient, applaudissent et filment à l'aide de leurs téléphones portables le cortège.

Pour parvenir à la place des Fêtes où la cérémonie d'accueil a lieu, 45 mn auront été nécessaires pour une distance d'à-peine 3 Km. Un confrère d'une radio locale s'étonne du rassemblement sans précédent qu'il observe en ce jour spécial de l'arrivée du flambeau du 11-Décembre. « Depuis que je suis à Manga, je n'ai jamais vu une telle mobilisation. C'est à se demander si tout ce beau monde est de Manga », lance-t-il sur les ondes de sa radio. Dans les allocutions, prononcées tour à tour par le gouverneur, la haut-commissaire, le maire, le Naaba Kiiba II, les représentants des vieux, des femmes et des jeunes, tous témoignent leur engagement à la réussite des festivités du 11-Décembre 2018 dans la « cité de l'Epervier » tout en adressant leurs reconnaissances au président du Faso et à son gouvernement.

Les ministres en charge de l'Eau, Niouga Ambroise Ouédraogo et son homologue de la Défense, Jean Claude Bouda, sont eux aussi salués pour leurs efforts en faveur de la région. Réagissant à la mésaventure du cortège à Pô, le maire Rouamba affirme que des solutions seront trouvées, sous le leadership du gouverneur Sègueda, pour rassembler tous les fils et filles de la région. Pour lui, la situation est née d'une incompréhension et le tir sera rectifié pour que l'esprit de la diversité autour de l'intérêt commun prévale.

A l'endroit du haut-commissaire du Zoundwéogo qui invitait les populations à ne pas lui mettre la honte au soir du 11 décembre 2018, le maire Rouamba rassure : «Avec le concours de nos chefs coutumiers, des femmes, des hommes et des jeunes, vous ne verrez pas la honte à Manga ». Des propos accueillis par des clameurs perçants de la foule comme pour rassurer davantage l'engagement de tous à relever, avec brio, le défi à eux confié.

Burkina Faso

Tour du Faso 2018 - Le comité d'organisation installé

Pour Daouda Azoupiou, les objectifs de ce 31è Tour du Faso sont clairs : faire passer le Tour du Faso de 2.0… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.