12 Décembre 2017

Afrique: Pourquoi les régimes « mixtes » sont plus instables que les « vraies » dictatures ?

analyse

- Les régimes ni totalitaires ni démocratiques sont souvent corrompus, et protègent les dirigeants contre les citoyens. De de la même façon qu'ils pratiquent une démocratie de façade, ils ont aussi un système de sécurité de façade.

Dans « Le Monde Afrique » , Jakkie Cilliers, de l'Institute for Security Studies en Afrique du Sud, explique que les régimes dits mixtes sont souvent les plus instables en Afrique. « La plupart des pays stables sont soit des démocraties à part entière, soit des autocraties à part entière. Le régime de la plupart des pays africains est mixte, c'est-à-dire qu'ils ont des éléments des deux et se situent quelque part entre les deux. Ils ont la façade de la démocratie, mais ils n'ont pas beaucoup d'éléments de démocratie de fond. Les régimes mixtes sont intrinsèquement plus instables et davantage sujets à des perturbations que les démocraties pleines ou les autocraties pleines ».

L'observation est exacte, mais il me semble nécessaire d'expliquer pourquoi. Les « démocraties à part entière » sont stables parce les leaders y respectent toutes les communautés. Ceux qui ne se sentent pas à l'aise expriment librement leurs frustrations sans avoir peur des représailles. Et parce que les leaders ont besoin de leurs votes, ils font tout pour les satisfaire, et s'ils en sont incapables, les mécontents les remplacent et votent pour l'opposition. Il n'y a donc aucune nécessité de déstabiliser le pays, parce que toutes les doléances peuvent être satisfaites à travers les institutions établies.

Quand on parle des « autocraties pleines » en Afrique, l'exemple qui me vient directement en tête est le Rwanda. Ce genre de régimes sont stables car ils mettent leur dictature au service d'une vision forte et noble qui satisfait la majorité de la population. Pour le Rwanda, l'objectif est le développement national. Tous les opposants au régime sont donc accusés d'être des ennemis à cette noble cause et sont systématiquement détruits au nom de la même cause. Comme il n'y a aucune place pour aucune autre idéologie que la ligne fixée par le gouvernement, les groupes dissidents doivent avaler leurs frustrations ou aller en exil mais ils n'ont pratiquement aucune chance de déstabiliser le pays de l'intérieur.

L'enfer des demi-dictatures

Alors, pourquoi ces régimes dits mixtes sont souvent plus instables ? Parce que, de la même façon qu'ils pratiquent une démocratie de façade, ils pratiquent aussi un système de sécurité de façade. Les dirigeants de ces pays n'ont souvent aucune vision autour de laquelle fédérer leurs citoyens. Ils sont au pouvoir pour leurs propres intérêts, donc la corruption est leur mode d'emploi.

Cette corruption venant d'en haut se propage dans toutes les institutions, dans la police, l'armée, la justice, etc. Ce qui fait qu'il y a trop de mécontents. Mais puisqu'il n'y a pas de réelle démocratie, les élections sont truquées ou volées, et les groupes mécontents n'ont pas de chance de sanctionner le régime incompétent par l'alternance.

Le mécontentent général favorise la prolifération des groupes rebelles ou criminels, et la police et l'armée corrompues défendent le régime corrompu contre les citoyens mécontents, la justice corrompue n'a aucune motivation de défendre les citoyens contre les criminels. Beaucoup de pays africains vivent en permanence dans un tel enfer. Et ce n'est pas demain la veille de la fin des instabilité politiques sur le continent !

Afrique

SAMIR AMIN (1931-2018) : Un titan s'en est allé

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) souhaite informer… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.