15 Décembre 2017

Tunisie: Du théâtre qui réveille les consciences...

Elles sont les proches de militants portés disparus. Leur disparition reste un mystère qui les hante, nourrit leur angoisse et les révolte.

La pièce est portée par les comédiennes Nadra Touni, Faten Chouaibi et Nadra Sassi, tour à tour, drôles et intenses, au fil de séquences sobrement théâtralisées et dynamiques.

Elles relatent leurs peurs, leurs angoisses, leurs rêves, leurs amours, leurs erreurs et leurs déceptions. Elles sont confrontées à toutes ces réponses qu'elles reçoivent et qui restent redoutables, enfermant un dialogue à double sens et d'une ambiguïté qui s'accentue davantage lorsqu'il y a une mésentente sur le «ce qui se passe? Et ce qui s'est vraiment passé?» Ce qui ouvre la voie à plusieurs hypothèses et une pluralité d'interprétations.

Les propos, le jeu d'acteur, la musique originale accompagnant leurs actions, revêtent ici une importance capitale.

Habilement structuré, contenant des dialogues forts, âpres, sans fioriture, des monologues prenants, des situations quelquefois pénibles, mais aussi empreint d'une certaine poésie, le texte de Wafa Taboubi se révèle une belle partition, riche, dense, fluide, dont s'emparent intelligemment ses interprètes.

L'œuvre reflète le quotidien éprouvant d'une population opprimée et sans repère incitant les spectateurs à réfléchir, agir, réagir, choisir, comme êtres et citoyens actifs d'un monde souvent injuste.

L'écriture de Wafa Taboubi, qui n'entendait pas produire du beau ou du poétique mais du «vrai», marquant ainsi les esprits.

Profondément attachants, les personnages s'ébrouent petit à petit, et de leurs conversations anodines surgissent, une à une, leurs blessures profondes et leurs interrogations sur des désirs trop longtemps tus. Assoiffés de changement et désireux de s'en sortir, elles se révoltent en écrasant le mur du silence.

Une œuvre qui a su poser les mots justes sur les maux de tout citoyen et que, à travers lesquels, chacun trouvera, à un moment ou à un autre, une part (même petite) de sa faiblesse mais aussi et surtout de sa force.

Une œuvre «féminine» non seulement réussie, mais à nos yeux nécessaire, voire salutaire. On sort donc amer mais conquis à la fin de cette heure et quart faits d'intelligence et d'esprit !

Tunisie

Le parti islamiste Ennahda remporte 130 mairies, devant Nidaa Tounès

En Tunisie, le mouvement Ennahda est arrivé en tête en remportant 130 mairies, la majorité des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.