20 Décembre 2017

Sénégal: Mise en œuvre des projets - L'Omvg face aux défis de la mobilisation des financements

La levée des financements pour la mise en œuvre des projets a été au centre de la 44ème session ordinaire du Conseil des ministres de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg). Les intervenants ont invité les Etats membres à s'acquitter de leur contribution afin d'optimiser le fonctionnement des organes de l'institution.

La 44ème session ordinaire du Conseil des ministres de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg) a été ouverte hier à Dakar. La recherche de solutions durables sur les questions relatives à l'exécution du programme de développement des bassins sous-juridiction de l'organisme a été à l'ordre du jour. « La mise en œuvre effective de l'Agence des ouvrages communs (Sogesart) est une urgence. A ce titre, la ratification de la convention portant création de cette agence doit intervenir rapidement. J'aimerais inviter les Etats membres qui n'ont pas encore ratifié cette convention de bien vouloir diligenter le processus de ratification, car cette étape fait partie des conditions de décaissement des bailleurs de fonds », a rappelé le haut commissaire de l'Omvg, Lansana Fofana.

Le retard dans la ratification pourrait avoir des conséquences sur la mise en œuvre du Projet énergie. A ce propos, les intervenants ont salué les progrès accomplis et les décisions courageuses qui ont été prises, notamment la résiliation du contrat de l'entreprise chargée d'exécuter les travaux. « Pour la ligne d'interconnexion, l'ensemble des contrats a été signé avec les entreprises adjudicataires des différents lots. Il entre ainsi dans sa phase de réalisation avec l'installation des chantiers qui se poursuit normalement », a noté le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement du Sénégal, Mansour Faye. Il a reconnu que, malgré ces avancées, l'organisme peine à lever des fonds pour la construction du barrage de Sambangalou.

Le grand défi de l'Omvg, c'est la mobilisation des ressources financières pour la mise en œuvre des projets. « La bonne santé financière du Haut commissariat est cruciale à ce stade de la mise en œuvre du projet énergie. C'est pourquoi les Etats membres doivent procéder à l'apurement des arriérés et au paiement effectif des encours des budgets », a plaidé le haut commissaire de l'Omvg. Le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement du Sénégal a abondé dans le même sens. Nos Etats, a-t-il soutenu, doivent continuer à veiller à s'acquitter des contributions au budget de fonctionnement et à démontrer leur engagement à nos partenaires, bailleurs de fonds, en relevant également le défi de la mise à disposition, chaque année et à temps, des contreparties au Projet énergie.

Du reste, des bailleurs continuent de faire confiance à l'organisme. La preuve, c'est l'Omvg qui va assurer la coordination du programme d'électrification rurale dans les pays membres. « La Banque mondiale envisage de mettre à la disposition des 4 pays membres une enveloppe de 400 millions USD à raison de 100 millions à investir par Etat pour l'électrification des villages et hameaux situés le long de la ligne d'interconnexion. La Kfw a aussi confié à l'Omvg la coordination d'un programme d'électrification rurale pour la Gambie », a rapporté le président du Conseil des ministres, Bacar Barros Banjai.

Réalisation du projet énergie : Les entreprises fin prêtes pour démarrer les travaux

Après des retards, le Projet énergie est entré dans une autre phrase. Depuis la rencontre de Banjul, en mars 2017, des entreprises ont déployé leur matériel et leurs équipements sur le terrain. « Tous les financements sont mis en vigueur et les entreprises sont fin prêtes pour démarrer les travaux aussitôt terminées les enquêtes parcellaires en cours dans différents pays », a annoncé le président du Conseil des ministres, Bacar Barros Banjai.

Sénégal

Reprise du procès de Khalifa Sall

Au tribunal de Dakar, après une semaine de suspension, le procès de Khalifa Sall reprend ce mercredi matin… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.