21 Décembre 2017

Congo-Kinshasa: L'OIM plaide pour la migration régulière et sûre

Des tentatives de solutions pour les migrants, l'attaque de la base de la MONUSCO de Semiliki, l'usage de la force disproportionnée lors des manifestations pacifiques, des enquêtes menées sur l'assassinat de deux experts de l'ONU, tels sont, entre autres, les points développés à la conférence de presse hebdomadaire de la MONUSCO.

Mercredi 20 décembre 2017, la dernière conférence de presse hebdomadaire de l'année s'est tenue au quartier général de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la République Démocratique du Congo (MONUSCO). Elle a été animée par Florence Marshal, porte-parole ad intérim de la MONUSCO. En la salle des réunions de la Mission onusienne, des points essentiels relatifs à la migration clandestine, à l'attaque de la base de la MONUSCO à Semiliki ainsi que l'application de la Résolution 2348 des Nations Unies ont été débattues.

Prenant la parole en vue de fixer l'opinion tant nationale qu'internationale sur les dispositions pratiques prises pour combattre la migration clandestine, le Représentant de l'Organisation Internationale de Migration (OIM) a fait savoir que la situation des migrants esclaves en Lybie déplorée par le monde entier préoccupe d'aucuns. Il a soutenu que cette migration irrégulière coûte. Car, il faut payer des filières.

Evoquant les causes qui soient à la base de ces mouvements migratoires massifs, d'abord, il y a la situation socioéconomique des pays d'origine qui n'est pas rose. Des citoyens sont à la recherche du mieux être. Il y a également la vie sociopolitique devenue maussade dans leurs pays respectifs. En guise des remèdes, le délégué de l'OIM a annoncé la mise sur pied d'un projet pilote en vue de créer des emplois en faveur des jeunes. Ceci dans le but de décourager tous les mouvements clandestins.

Pour l'OIM, il faut restaurer la coopération entre pays concernés afin d'organiser des migrations régulières et sures.

Renforcement des casques bleus à Semiliki

Concernant l'attaque de la base de la MONUSCO à Semiliki, dans le Nord-Kivu, Florence Marshal a indiqué que des investigations sont menées pour identifier les auteurs de ces attaques. À ce jour, la MONUSCO se réserve de tout commentaire en attendant l'aboutissement des enquêtes. Toutefois, il y a eu renforcement des troupes, un dispositif sécuritaire est mis sur pied. Donc, les casques bleus continuent à mener des patrouilles tant diurnes que nocturnes pour la protection des populations locales.

Pour rappel, la porte-parole de la MONUSCO a convié les populations congolaises à compter sur la MONUSCO. Conformément à la Résolution 2348 des Nations Unies, la MONUSCO a deux missions principales notamment la protection des populations civiles et son implication dans la mise en œuvre de l'Accord de la Saint-Sylvestre. Mais il sied de noter que la sécurité des personnes ainsi que de leurs biens incombe au Gouvernement congolais.

À noter que la MONUSCO signe et persiste que la tenue des élections apaisées, libres, démocratiques et transparentes demeure la voie royale pour l'atterrissage en douceur du processus électoral en cours. Maintenant que le calendrier électoral a été rendu public, elle estime que tout doit être mis en œuvre pour l'organisation des élections conformément aux délais prescrits. Car, la paix et la stabilité en dépendent.

Congo-Kinshasa

Le M23 menace de reprendre les armes

Le M23 menace de reprendre les armes si le processus électoral n'est pas inclusif, transparent et libre. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.