22 Décembre 2017

Burkina Faso: Bitumage de la route Kantchari/Diapaga-frontiere du Bénin - Mieux vaut tard que jamais

Au début de la semaine en cours, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a procédé au lancement des travaux de bitumage de la route Kantchari/Diapaga/frontière du Bénin. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'événement était des plus attendus. Mieux vaut tard que jamais, est-on tenté de dire.

Et je comprends pourquoi les populations de la région de l'Est, et plus particulièrement celles de la province de la Tapoa, étaient en liesse. C'est tout à fait normal. Car, ceux qui connaissent la zone, savent qu'elle est complètement coupée du monde. La situation devient encore pire en saison des pluies où il est pratiquement impossible de rallier un point à un autre. Moi j'en sais quelque chose, car ayant effectué un voyage en début du mois écoulé à Diapaga. Laissez-moi vous dire que pour un tronçon de moins de 500 kilomètres, nous avons passé toute la journée à rouler. Partis de Ouagadougou à 7h, nous sommes arrivés à destination aux environs de 20h. Franchement, c'était désagréable et même très désagréable. C'est pourquoi je tire mon chapeau à Roch Marc Christian Kaboré pour avoir prêté une oreille attentive au cri du cœur des populations de la Tapoa. Moi, je n'aime pas les comparaisons, mais je sais que pendant des années, le problème d'infrastructures routières s'était toujours posé, mais le régime d'alors faisait semblant de ne rien voir ni entendre. Le plus souvent, c'est à l'approche des élections que l'on voyait venir certains fils de la localité pour encore promettre ciel et terre. Une fois qu'ils obtiennent ce qu'ils veulent, ces « grosses têtes » (expression utilisée en gulmancéma pour désigner les grandes personnalités) disparaissent avec leurs « voitures fessues » (grosses cylindrées, en l'occurrence les V8), abandonnant les populations à elles-mêmes.

Que celui qui se sent morveux se mouche

Certes, d'aucuns me diront que le président Roch, en décidant de partir lui-même lancer les travaux de bitumage de voies dans la Tapoa, le fait à des fins électoralistes. J'en conviens. Mais, ne pensez-vous pas que c'est de bonne guerre ? Je ne suis pas un obligé de Roch, mais je pense qu'il a raison de tirer des dividendes politiques dans cette affaire. Quelqu'un d'autre à sa place, en aurait fait autant ; surtout que, rappelez-vous, le bitumage de la voie en question a fait entre-temps grand bruit. En vérité, ce dont a longtemps souffert la Tapoa, c'est son enclavement. Et l'absence de routes fait qu'elle n'a pas l'allure d'une province frontalière, à l'image de certaines contrées comme Pouytenga et Niangoloko par exemple. C'est une triste réalité connue de tous, mais chacun faisait semblant. Et là, je sais de quoi je parle. Si je pouvais rencontrer certaines personnes aujourd'hui, je leur dirais mes quatre vérités ; elles qui ont passé tout le temps à mentir aux populations. Je ne cite le nom de personne aujourd'hui, mais que celui qui se sent morveux se mouche, et je lui dirai ce qui l'a enrhumé. Je suis d'accord avec les uns et les autres que la pression étant très forte, le président Roch n'avait pas le choix que d'entendre la cause des populations de l'Est. J'en conviens. Mais l'histoire retiendra qu'en deux ans, il a fait ce que d'aucuns n'ont pas fait en plusieurs décennies. Et c'est peu dire ! Reste maintenant à souhaiter que les travaux de bitumage étant lancés, la route en question soit praticable dans les délais annoncés, c'est-à-dire dans deux ans. J'attends de voir avant de crier totalement victoire.

Burkina Faso

Retrait de personnes en situation de rue - 418 enfants et travailleuses de sexe refusent «le gîte» de Laurence Ilboudo

La première phase de cette opération s'est déroulée du jeudi 9 au mercredi 22 aout 2018 dans… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.