27 Décembre 2017

Cote d'Ivoire: Migration - Le pays prépare une politique migratoire basée sur le genre

1/3 des Ivoiriens rapatriés récemment de la Libye est constitué de femmes.

La Côte d'Ivoire veut se doter d'une politique migratoire explicitement formulée qui tienne compte de la dimension genre. Les experts des ministères et autres structures nationales et internationales directement concernés par ce projet ont pris part, à cet effet, les 21 et 22 décembre derniers, au Grand hôtel au plateau, à un atelier de validation d'une étude sur la question.

Recommandée par le ministère de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, cette étude a été menée par un chercheur du Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (Cires), le Dr Yao Konan Silvère. Selon lui, le document passe en revue les enquêtes déjà menées par le Cires sur la migration, dresse le profil de la migration au niveau de la Côte d'Ivoire, élabore les cadres stratégiques et fait des propositions concrètes au gouvernement.

Notamment sur la gestion des migrants déjà installés en Côte d'Ivoire, mais aussi sur la lutte contre la migration clandestine et les voies et moyens pour réduire le nombre de migrantes.

Le nombre d'Ivoiriennes qui quittent la patrie est, en effet, de plus en plus important, selon le directeur de cabinet adjoint du ministère de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, Stéphane Aka Angui. Au cours de la cérémonie d'ouverture de cet atelier, il a révélé que le 1/3 des Ivoiriens rapatriés récemment de la Libye est constitué de femmes. « Ces deux jours de travaux nous permettront de proposer et adopter une vision nationale de politique migratoire, de proposer et adopter des orientations stratégiques, de valider un projet de décret à introduire en Conseil des ministres et de valider des conclusions et/ou recommandations », a-t-il souligné.

Pour sa part, le chargé d'affaires par intérim de l'ambassade d'Espagne en Côte d'Ivoire, Miguel Soler, a souhaité que le gouvernement ivoirien fasse en sorte que la migration se fasse désormais par des voies légales. « Nous souhaitons que le gouvernement prennent les mesures idoines pour empêcher les populations de prendre le chemin de la Libye à partir de la Côte d'Ivoire. Mais aussi pour remettre à la justice les responsables de la migration clandestine », a-t-il insisté.

Au nombre des 30 participants à cet atelier, figurent les représentants des ministères de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur ; de l'Intérieur et de la Sécurité ; de l'économie et des Finances ; du plan et du développement ; de l'Emploi et de la protection sociale, de l'office international de la migration (Oim), du bureau national de la Cedeao. Ainsi que des organisations de la société civile.

Cote d'Ivoire

Digitalisation - Le Cabinet Kaizen ouvre le débat

Selon Tanoh Beugré, chef de département technologie à l'Autorité de régulation des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.