28 Décembre 2017

Tchad: Le remaniement ministériel tchadien diversement apprécié

Le récent remaniement ministériel au Tchad fait encore réagir plusieurs jours après. En passant de 36 ministres à 22, le gouvernement espère faire des économies.

Il est intervenu le week-end dernier, mais fait encore réagir ! Il faut dire que ce récent remaniement ministériel au Tchad n'est pas anodin : d'un gouvernement de 36 membres, l'actuelle équipe ne compte plus que 22 ministres et 2 secrétaires généraux. Alors officiellement, le gouvernement tchadien n'a pas donné d'explications sur la réduction subite et drastique de son équipe. Mais la pression des partenaires et la crise financière seraient bien à l'origine de cette réduction.

Ce remaniement serait en effet une réponse aux préoccupations de nombreux partenaires qui ont longtemps exigé de l'Etat tchadien, la réduction de son train vie. Ces derniers qui ont aidé le régime de Deby à faire face à la crise financière semblent êtres exacerbés par les dépenses du régime. "Il fallait resserrer les choses. Réduire le nombre du gouvernement à 24, c'est vraiment raisonnable", estime Kram Ali Abel, secrétaire général du parti Caméléon, allié à la majorité présidentielle. "Je pense qu'il y a aussi un souci de résultat, il faut répondre aux attentes de la population et aux engagements vis à vis de nos partenaires. Donc il faut vraiment une équipe efficace pour faire le travail", ajoute-t-il.

Des économies pas suffisantes ?

Ce remaniement est intervenu juste avant que l'Assemblée nationale ne vote le budget pour l'année 2018. Mais la réduction des départements ministériels ne servira à rien selon certains. "Les partenaires savent que depuis 2 ans , le régime du président va à la dérive. Lisez les rapports du fond monétaire internationale 2015, les instructions sont données pour que les ressources hors pétrole soient privilégiées", assure Brice Mbaimongue Guedmbaye, président du parti MPTR, le Mouvement des patriotes tchadiens pour la république.

Pour lui, le régime du président Deby, doit encore couper d'autres poches de dépenses. "Réduire simplement un gouvernement n'est pas une solution". Il estime que l'économie faite par rapport à ce remaniement sera très minime. "Il y a d'autres poches de dépenses qu'il faut absolument éliminer, que le président Deby ne peut pas par ce que certains qui s y accrochent en font un droit. C'est a le problème qu'on a aujourd'hui", assure Brice Mbaimongue Guedmbaye.

Depuis plus d'un an, le gouvernement du Tchad parvient à payer les salaires des fonctionnaires grâce à l'appui financier des partenaires tels que la Banque mondiale, et le Fond monétaire international (Fmi) . Le salaire de ce mois décembre aurait même été payé par l'Agence française de développement. Des engagement qui prennent fin à partir ce mois de décembre 2017. C'est pourquoi, de nombreux analystes prédisent que l'année 2018 qui se pointe à l'horizon s'annonce très difficile pour le Tchad.

Tchad

L'ex - gouverneur de Doba condamné à du sursis en appel

Au Tchad, la Cour d'appel de N'Djamena a réduit, vendredi 20 juillet, les peines de l'ex-gouverneur du Logone… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.