2 Janvier 2018

Afrique: Les jeunes africains espèrent du changement en politique

Alors que les jeunes représentent la majorité de la population sur le continent, ils restent sous représentés en politique. Une situation que certains espèrent faire évoluer.

Aucun continent n'est aussi jeune que l'Afrique. Et pourtant les jeunes du continent ont rarement leur place en politique. Le président camerounais Paul Biya a 85 ans, son homologue guinéen Alpha Condé 80. Et à 75 ans, le nouveau chef de l'État zimbabwéen Emmerson Mnangagwa s'inscrit lui aussi dans la lignée des vieux dirigeants.

"Dans les pays africains en général, le fossé entre l'âge des dirigeants et l'âge moyen de la population est important, plus important qu'ailleurs, puisque la population est très jeune", constate d'ailleurs Zachariah Mampilly, professeur d'études africaines de l'Université de Vasser aux États-Unis. "Mais il ne semble pas qu'il y ait de réelle volonté de transférer plus de responsabilités aux jeunes".

Des jeunes s'engagent

Au sein de la jeunesse africaine, certains espèrent pourtant amener par eux-mêmes le changement. C'est le cas par exemple de la jeune activiste zimbabwéenne Linda Masarire, révoltée par les conditions de vie des jeunes de son pays.

"Il y a des gens qui ont 35, 40 ans qui n'ont jamais travaillé de leur vie, qui n'ont jamais reçu de fiche de paie, qui n'ont pas de protection sociale", s'insurge-t-elle. Linda Masarire va se présenter comme candidate indépendante aux élections législatives de septembre prochain au Zimbabwe, et veut créer un parti des jeunes.

La jeune fille ne se fait pour autant pas trop d'illusions sur la volonté des jeunes de s'engager au sein des structures de représentation politique traditionnelles.

"Il y a énormément de violences au sein de nos partis politiques, au Zimbabwe, que ce soit dans l'opposition ou dans le parti au pouvoir. La plupart des jeunes n'acceptent pas de jouer le jeu."

Mais ça ne veut pas dire que les jeunes Africains ont renoncé à militer pour le changement. "Ils ne sont pas apathiques", explique Job Shipululo Amupand, ancien chef de la Ligue des jeunes du parti SWAPO, au pouvoir en Namibie. "Ils cherchent de nouvelles voies pour se faire entendre, en manifestant par exemple".

L'Union africaine a reconnu le problème récemment, au moins sur le papier. C'est cette année 2018 que doit s'achever la décennie africaine de la jeunesse. Les jeunes activistes espèrent maintenant un vrai changement.

Afrique

En deuil pour le leader visionnaire de Africare, C. Payne Lucas : 'Un arbre géant'

C. Payne Lucas, co-fondateur de Africare, et son Président pendant de longues années, et une voix… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.