2 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Message de vœux 2018 - Joseph Kabila invite les Congolais à s'approprier le processus électoral

Au cours de son message à la nation, le chef de l'État a rappelé le caractère irréversible du processus électoral et appelé le peuple congolais dans son ensemble à se l'approprier.

Ne dérogeant pas à la tradition, le président de la République a prononcé, le 31 décembre 2017, son discours de vœux pour 2018. Un discours très attendu par tous ceux qui y voyaient une occasion pour Joseph Kabila de lever certaines zones d'ombre en rapport avec certaines préoccupations liées à son avenir politique.

Sur la sempiternelle question d'une éventuelle représentation pour un troisième mandat, le chef de l'État n'a pipé mot, préférant, en revanche, dresser un état des lieux positif du processus électoral en cours. Un processus pour lequel il a invité les Congolais à s'en approprier pour autant qu'il « relève de la souveraineté nationale, parce que financé totalement par le gouvernement congolais ».

Et d'ajouter que l'année qui s'achève (2017) aura été celle de la mise en œuvre du consensus politique obtenu au terme de l'accord du 31 décembre 2016 en vue de l'organisation d'un nouveau cycle électoral dans le pays. À cela s'ajoutent la formation convenue d'un gouvernement d'union nationale, en mars 2017, et la mise en place du Conseil national de suivi de l'accord et du processus électoral (CNSA). Deux prémices de taille qui, selon Joseph Kabila, permettent d'entrevoir l'avenir avec optimisme.

Pour Joseph Kabila, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a abattu un travail titanesque dans la révision du fichier électoral pour lequel elle doit en être félicitée. Selon le chef de l'Etat, la dynamique électorale en cours est sur la bonne voie et les perspectives sont prometteuses. L'adoption et la promulgation de la loi électorale aujourd'hui acquises, l'établissement des listes électorales, la répartition des sièges et la convocation des scrutins qui s'en suivront, conformément au calendrier électoral publié par la Céni, sont des faits éloquents qui parlent d'eux-mêmes. Ils sont censés, de son point de vue, conduire le pays de manière irréversible vers l'organisation des élections. Il n'a pas manqué, au passage, de mettre en garde les "oiseaux de mauvais augure". « J'en appelle à cet effet à la vigilance de tous et à l'engagement de chacun afin de barrer la route à tous ceux qui, sans y croire, s'étant servis du prétexte des élections depuis quelques années, seraient tentés aujourd'hui de recourir à la violence pour interrompre le processus démocratique en cours et plonger le pays dans l'inconnu », a-t-il déclaré.

Évoquant les questions sécuritaires, le chef de l'État s'est réjoui notamment de « l'aboutissement heureux des efforts de rétablissement de la sécurité du Kasaï et de la Lomami », théâtre, il y a dix mois, des attaques et des crimes perpétrés par le groupe « terroriste » de Kamuina Nsapu. Il a également salué la réconciliation dans le Tanganyika des populations bantoues et twas, c'est-à-dire les pygmées. Sur la même lancée, Joseph Kabila s'est félicité de la déroute des groupes armés nationaux et étrangers. De quoi devoir une fière chandelle aux forces de sécurité qui, « dans leur mission patriotique », a-t-il dit, « ont permis au pays de jouir d'une stabilité appréciable ».

À noter que le président de la République n'a pas fait mention dans son discours des évènements survenus dans le pays le dimanche 31 décembre 2017, ni évoqué son avenir politique immédiat.

Congo-Kinshasa

ONU et UA appellent à nouveau au respect de l'accord de la Saint-Sylvestre

Le conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine et le conseil de sécurité des Nations… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.