Burundi: Agathon Rwasa dénonce le harcèlement de l'opposition

L'opposition, unie, demande la démission de la Céni au Burundi depuis des années.

Au Burundi, Agathon Rwasa proteste contre le retrait de sa garde. Le vice-président de l'Assemblée nationale avait écrit au chef d'état-major de l'armée pour s'en plaindre.

Il a aussi pris sa plume pour écrire au facilitateur Benjamin Mkapa. Dans cette lettre, il dénonce le harcèlement dont sont victimes les opposants qui ont refusé de ranger derrière les positions du gouvernement lors de la 4e session du dialogue inter burundais : menaces, intimidations, arrestations arbitraires.

Ce dialogue s'était terminé sans accord, Bujumbura souhaitant rapatrier les discussions au Burundi et ouvrir le débat sur une modification de la Constitution.

Le contenu reprend les inquiétudes et les intimidations que l'opposition en générale subit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.