3 Janvier 2018

Sénégal: Exclusion de Khalifa Sall et cie du parti socialiste - La coordination Ps de France considère cette décision comme nulle et non avenue

La coordination Ps de France s'est indignée de l'exclusion du parti de Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Bamba Fall, Aissata Tall Sall et autre. Selon elle, cette décision prise par Ousmane Tanor Dieng est nulle et non avenue.

Ainsi, exprime-t-elle sa solidarité à tous les camarades visés par cette décision qu'elle qualifie de « haute trahison » et réaffirme son ancrage au socialisme démocratique théorisé par Léopold Sédar Senghor tout en réitérant son soutien à Khalifa Ababacar Sall dans « l'épreuve injuste » qu'il traverse.

«La coordination Ps de France a appris avec stupeur par voie de presse l'exclusion de 65 camarades du parti par « l'homme politique le plus détesté de l'histoire du Sénégal.

Le moment choisi pour prendre cette décision révèle au grand jour sa complicité agissante avec Macky Sall dans la cabale ourdie contre le camarade Khalifa Ababacar Sall, député maire de Dakar », lit-on dans un communiqué qui nous est parvenu hier, mardi 2 janvier.

Par cette décision cynique, affirme-t-on dans le communiqué, la direction du parti perd tout sens de la responsabilité, de la camaraderie et de la solidarité légendaire au socialisme.

« L'exclusion de camarades parmi les plus légitimes, les plus représentatifs sonne comme un trait caractéristique de plus de l'ère Ousmane Tanor Dieng marquée par l'élimination de plusieurs générations d'éminents responsables rendant la présence du parti insignifiante dans plusieurs localités avec son corollaire d'échecs électoraux retentissants.

La vie du parti depuis l'avènement de Ousmane Tanor Dieng est l'exact contre-pied de la méthode de Senghor faite d'aiguillon de la contradiction au plan interne et de dialogue avec les partis politiques adverses ou alliés pour aboutir à des symbioses éclairées et des compromis dynamiques, qui se sont traduits par des unions fortes, des adhésions de grandes personnalités , des réconciliations et des succès historiques », se désolent les socialistes de France selon qui la préservation d'intérêts crypto personnels a supplanté l'idéal de servir le pays en mettant en relief les principes et les valeurs.

Pour eux, l'arrimage du Parti socialiste à l'Apr se fait au mépris des dispositions statuaires et réglementaires par le refus obstiné de convoquer les instances habilitées à prendre des décisions dans le but de conforter la place du Ps dans une coalition bâtie, non pas sur un programme commun, mais sur le partage du gâteau.

« Un homme capable d'ignorer la loi en refusant de faire la déclaration de son patrimoine, peut ignorer les statuts et règlement inté- rieur d'un parti sous les applaudissements de ses affidés. La discipline du parti n'est pas l'unanimisme et le culte de la personne qui conduisent au centralisme ».

Sénégal

La CAF se penche sur la participation des sélections africaines au Mondial russe

Ahmad Ahmad : Si on prend en compte qu'il s'agit d'un échec, il faut assumer Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.