4 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Sud-Kivu - Plaintes après la répression du 31 décembre

Les organisations de la société civile vont déposer le 5 janvier deux plaintes contre le maire de la ville de Bukavu et le commissaire provincial de la police, notamment pour l'interdiction des rassemblements pacifiques.

Les représentants de la société civile de la province déplorent que le maire de la ville s'oppose aux manifestations de l'opposition, au mépris, affirment-ils, des dispositions de la Constitution du pays.

Ils ajoutent que les manifestants sont victimes de la répression violente conduite par les forces de police.

La dernière fois, le 31 décembre, la marche des Chrétiens a été dispersée à coup de gaz lacrymogène à quelques mètres de la cathédrale Notre Dame de la Paix de Bukavu.

"Nous sommes en train de déposer notre plainte auprès du procureur général de la Cour d'appel de Bukavu, étant donné que depuis le début de l'année 2016, on observe l'interdiction formelle de toute forme de manifestation par le maire de la ville de Bukavu, expliqueJean Chrysostome Kijana, président national de la Nouvelle dynamique de la société civile. Non seulement, il y a eu une répression violente des manifestants ce 31 décembre, au-delà des gaz lacrymogènes qui ont été tirés. Nous devons également rappeler qu'au mois de juillet, il y a eu une répression sanglante. Une dizaine de manifestants a été blessée non pas par des armes non létales, mais par des armes à feu, alors qu'ils revendiquaient la tenue des élections. Nous avons pensé saisir les cours et les tribunaux afin que le citoyen soit remis dans le droit. Nous devons reprendre nos manifestations, c'est un droit légitime", poursuit-il.

Il ajoute qu'une deuxième plainte sera également déposée auprès de la Haute cour militaire contre le commissaire provincial de la police au Sud Kivu pour la répression conduite contre les manifestants.

Deux poids, deux mesures

Ces actions judiciaires sont également soutenues par les mouvements citoyens et le Rassemblement de l'opposition au Sud Kivu.

Josée Emina, représentante de l'UDPS à Bukavu, coordonne le Rassemblement de l'opposition. Pour elle, il s'agit là d'un signal fort pour le reste des provinces de la République démocratique du Congo.

"Est-ce que la situation sécuritaire était préoccupante le 31 décembre, interroge-t-elle. Il y a deux poids, deux mesures. Vous avez vu, le 4 janvier, le parti au pouvoir a marché, et ils étaient bien encadrés par les forces de l'ordre. Et nous opposants qui sommes réprimés, nous ne devons pas nous taire. J'en appelle donc à tous les compatriotes des autres provinces d'emboîter le pas, d'aller aussi vers les instances judiciaires."

Nous avons joint sans succès le maire de la ville de Bukavu. Mais certaines sources proches du dossier jugent cette démarche de la société civile curieuse car selon eux, les autorités accusées ont agi en tant qu'auxiliaire de l'Etat congolais, en plein exercice de leur fonction.

Congo-Kinshasa

Le TP Mazembe dit adieu à la Ligue des champions !

Le TP Mazembe ne jouera pas les demi-finales de la Ligue des champions CAF. Opposé au Primeiro de Agosto ce… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.