10 Janvier 2018

Centrafrique: Des dizaines de milliers de nouveaux déplacés à Paoua en raison des combats

Photo: UNICEF/CAR/2008/Pierre Holtz
Réfugiés (archives)

Depuis la fin décembre des affrontements entre le MNLC d'Ahmat Bahar et un autre groupe armé, RJ (Révolution Justice), se poursuivent dans le nord-ouest de la Centrafrique autour de la ville de Paoua, non loin de la frontière tchadienne.

5 000 personnes seraient arrivées au Tchad. 58 000 à Paoua même, selon les derniers chiffres du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Le député centrafricain Martin Ziguélé, ancien Premier ministre, est natif de Paoua. Il lance un cri d'alarme et en appelle à une intervention militaire de la Minusca comme elle l'a fait à Bocaranga en octobre dernier.

« Nous voulons que la Minusca intervienne, comme cela a été fait à Bocaranga, insiste le député. La Minusca a mis en garde les troupes de Sidiki qui avaient occupé Bocaranga.

Et ces troupes-là n'ont pas voulu quitter Bocaranga et la Minusca a réagi immédiatement et fermement. C'est exactement la même chose, la même réaction, la même réactivité, la même fermeté que nous attendons de la Minusca. »

Martin Ziguélé déplore le manque d'action sur le terrain alors que les exactions des groupes armés se poursuivent.

« Vendredi dernier, il y a eu une mission conjointe de la Minusca et du ministre de la Défense et de la sécurité à Paoua mais il n'en demeure pas moins qu'il n'y a pas d'action sur le terrain. Donc les groupes armés, monsieur Bahar qui fait venir des renforts de partout, assassinent. »

« Et je dois vous dire que Paoua est la seule ville du nord où toutes les communautés vivent paisiblement, précise le député centrafricain.

Vous avez des chrétiens, des musulmans et ils vivent là parce qu'ils ont décidé de vivre ensemble. Aucune force extérieure ne les a obligés à être ensemble. Et c'est cette image-là qui est en train d'être détruire par des aventuriers, des assoiffés de sang, des criminels qui n'ont rien à faire dans cette région-là. »

Accueil au Tchad

Les affrontements entre le MNLC et RJ ont déjà poussé plus de 5 000 personnes à traverser la frontière avec le Tchad.

Innocent Mal Ganga, le responsable d'un ONG présente dans la région frontalière, l'Agence de développement économique et sociale, constate que la majorité des réfugiés sont des femmes et des enfants. « Nous avons remarqué qu'ils ont marché longtemps en brousse, donc ils sont malades. »

Il précise que jusqu'à maintenant, la population locale a bien accueilli les réfugiés centrafricains. « La population autochtone a été, vraiment très, très accueillante.

Alors qu'elle vit déjà dans des conditions difficiles. Si on ne prend pas garde à donner une assistance rapide, il se peut qu'il se crée de conflits. Mais pour le moment il n'y a pas encore de conflits, Dieu merci. »

« Ces personnes sont directement intégrées dans les villages, poursuit Innocent Mal Ganga. Et l'approche qui sera adoptée c'est de garder ces personnes dans les villages, où ils ont des espaces agricoles pour pouvoir travailler. Pour le moment la situation est encore gérable ».

Centrafrique

L'exploitant français Rougier vend des filiales camerounaises et centrafricaines

Le tribunal de commerce de Poitiers, dans le centre-ouest de la France, vient de trancher sur l'avenir du groupe… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.