10 Janvier 2018

Tunisie: La hausse des prix embrase le pays

Un mort et plus de 200 arrestations : la Tunisie est le théâtre depuis quelques jours de heurts entre forces de l'ordre et manifestants qui protestent contre des mesures d'austérité prises par le gouvernement.

La rue tunisienne s'est enflammée ces derniers jours pour répondre au plan d'austérité entré en vigueur au 1er janvier 2018. Ce plan a été adopté par le gouvernement tunisien pour juguler la crise économique que vit le pays.

Mais la mesure, qui prévoit notamment une hausse des impôts, a entraîné l'augmentation des prix. Plus qu'une simple foudre anti-gouvernementale, ces protestations témoignent aussi de la précarité dans laquelle vivent beaucoup de Tunisiens.

"L'inflation a atteint 6.4% l'an dernier en Tunisie. Ce qui a fait chuter la valeur de la monnaie. Tous les Tunisiens en sont affectés mais les jeunes en particulier puisqu'ils n'ont aucune perspective et vivent dans des conditions sociales difficiles", explique Dr. Isabel Schäfer chercheuse au DIE, l'Institut allemand de Développement.

"Certes, ils protestent contre le gouvernement, poursuit-elle, mais ces manifestations traduisent une insatisfaction générale de la situation actuelle au regard des conditions sociales et des perspectives économiques".

Ces perspectives économiques sont plombées par la chute de la fréquentation touristique. Une baisse due en partie aux attaques terroristes qu'a essuyées le pays.

Quant à la grogne sociale, elle touche une dizaine de villes, dont Sidi Bouzid, ville défavorisée du centre du pays d'où était partie en décembre 2010 le "Printemps arabe".

A Tebourba, dans le nord, un homme de 40 ans a péri dans la nuit de mardi durant des manifestations. Ce qui a provoqué un déferlement de violences.

"Nous n'avons pas assez d'argent pour vivre"

Dans la capitale, Tunis, les manifestants ont envahi plusieurs quartiers pour crier leur colère. C'est le cas de Aicha. "Il est normal de protester parce que depuis 2011, le gouvernement n'a rien fait pour nous. Le coût de la vie est trop élevé et nous ne pouvons pas l'accepter. Les pauvres comme moi ne peuvent plus supporter cette situation car nous n'avons pas assez d'argent pour vivre", s'insurge-t-elle.

Le taux de chômage en Tunisie est de 15%. Un tiers des chômeurs sont des jeunes diplômés de l'enseignement supérieur. Si la loi des Finances soutenue par le gouvernement était censée répondre au marasme économique, les heurts qui en ont découlé placent Tunis devant un défi supplémentaire.

Tunisie

Un réseau d'information sur les femmes de la Méditerranée est né

Une ambiance de sororité a régné dans la demeure de Monica Lanfranco. La bienveillance de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.