11 Janvier 2018

Mali: Plan social des compressés de l'HUICOMA - « L'Etat doit à ces travailleurs en termes de droits et d'indemnités » selon le secrétaire général de l'UNTM, Yacouba Katilé

C'est le point de vue exprimé par le secrétaire général de l'Union nationale des travailleurs du Mali-UNTM, Yacouba Katilé qui a co-animé hier à la bourse du travail un point de presse sur l'accord conclu entre les autorités et la centrale syndicale de l'UNTM en 2014. Un accord qui a porté entre autres sur les anciens travailleurs de l'HUICOMA, de la SMECMA et Hôtel Azalai de Tombouctou.

D'entrée de jeu, Yacouba Katilé a tenu à faire un éclairage sur la situation relative à la gestion du dossier des ex-travailleurs de l'HUICOMA.

« Dans l'empressement, il y a eu des difficultés pour gérer le cas des compressés de Koulikoro. A notre grande surprise, des missions ministérielles se sont rendues à Koulikoro sans l'implication de l'UNTM », a-t-il déploré.

Avant de regretter « l'Etat n'a apporté aucune réponse aux autres cas notamment celui des travailleurs de l'Hôtel Azalai de Tombouctou ».

En outre, il a indiqué que la privatisation de l'HUICOMA est intervenue en 2005 suite à la pression des bailleurs de fond (FMI- Banque mondiale). Et que le plan social doit être géré dans les 60 jours qui suivront. Pour y parvenir, l'Etat doit jouer le rôle d'arbitre.

Alors que ces travailleurs ont été licenciés pour motif économique. Dans le cas d'espèce, ils doivent bénéficier des droits selon leur catégorie. « Si on passe par le gestion du plan social, les bailleurs ne donnent rien », a fait savoir le secrétaire général de l'UNTM.

Aussi a-t-il indiqué, en 2010, un accord a été conclu. « Même les résolutions de cet accord n'ont pas été respectées par l'Etat.

Concernant le cas, l'on a promis de mettre en place une direction provisoire en vue de la reprise des activités de la société, gérer les arriérés de salaires de 194 travailleurs qui étaient en sit-in à la bourse du travail avec un montant de 2 ,100 milliards de francs Cfa ; payer les indemnités légales de tous les travailleurs licenciés.

A l'époque, l'Etat s'est engagé à payer les indemnités de tous les travailleurs licenciés. S'y ajoutent les indemnités négociées qui auront lieu ultérieurement suite à la reprise des activités. Mais, a-t-il déploré, l'Etat n'a pas pu respecter ses engagements.

Evoquant la gestion des 2,1 milliards de francs Cfa, le secrétaire général de l'UNTM a expliqué que l'ancien président de la République ATT a décidé d'apporter une aide sociale aux travailleurs qui étaient en sit-in à la bourse du travail. Toutefois, il n'a pas manqué d'indiquer qu'il y avait un piège au dessous de ça. Puisque l'on n'a pas précisé si cette somme fera l'objet de déduction du montant à payer pour les droits.

En outre, il a tenu à préciser que l'UNTM n'a pas participé à la gestion de cette somme d'argent. Et d'ajouter que cette affaire concerne l'Etat et les travailleurs de l'HUICOMA à travers une commission.

Pour conclure, il a affirmé que l'Etat n'a pas tout payé, contrairement à ce qui a été annoncé. Et qu'il doit à ces travailleurs en termes de droits et indemnités. Pour le cas des autres compressés, Yacouba Katilé souhaite que les parties prenantes se retrouvent autour d'une table pour en discuter.

Quant à Seydou Diarra, secrétaire aux revendications de l'UNTM, il soutient mordicus que la gestion des droits des travailleurs compressés est complexe, à cause de l'absence de documents.

Mali

Une dizaine de militants de l'opposition passe le week-end en détention

Au Mali, plus d'une dizaine de militants de l'opposition sont toujours en garde à vue au commissariat du Ier… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.