11 Janvier 2018

Cameroun: Présidentielle 2018 - Serge Espoir Matomba le candidat de la jeunesse et de l'éducation

« Les personnes qui nous gouvernent aujourd'hui ne connaissent pas la réalité des problèmes du peuple camerounais. Nous avons besoin des dirigeants prêts à descendre sur le terrain pour toucher du doigt les maux dont souffre le peuple ».

En effet, lorsque le PURS commençait ses activités en 2008, la moyenne d'âge de ses militants était de 25 ans, des jeunes engagés pour une rénovation sociale.

«C'était une innovation, beaucoup se demandaient où des jeunes de notre âge avaient pris le courage de se lancer dans un projet politique de cette envergure. C'était à la fois un éveil de conscience et une curiosité ». Se souvient François Kelle King, SG du PURS

Après la légalisation du parti en 2010, ses membres dans la fougue de la jeunesse ont décidé de faire le tour du Cameroun. A trois reprises ils ont sillonné le pays pour voir comment vivent les populations des différentes régions du territoire national. Ainsi a été lancée une campagne de lutte contre le choléra en 2011, une sensibilisation des jeunes pour leur inscription sur les listes électorales toujours en 2011. En 2012 un forum est organisé autour du thème « Gouvernance, la jeunesse face à son destin », ensuite est arrivée l'opération « Un jeune un vote ».

Le PURS va ensuite mener d'autres actions en faveur des jeunes, notamment des stages de vacances fondés sur la formation à la citoyenneté, l'hygiène et la salubrité, l'auto-emploi. La première session en 2012 va réunir 500 jeunes de diverses villes du Cameroun. Des formations qui ont connu l'appui scientifique de Guy Parfait Songué, Célestin Djamen et d'autres experts nationaux et internationaux.

Aujourd'hui, le projet de société du PURS réserve une place importante à la jeunesse. Il prévoit la création de 5 000 000 d'emplois en 5 ans soit environ 83 000 postes par mois. Le parti mise sur le secteur privé à travers la facilitation et l'accompagnement de la création d'entreprise. Sachant que 8280 entreprises ont été créées au premier semestre de l'année 2017 au Cameroun, Serge Espoir Matomba se veut optimiste.

« Nous exonérerons les entreprises qui emploient au moins 5 camerounais de certaines taxes. Nous encourageons les jeunes à créer des start-up innovantes, c'est de cette manière qu'un pays se développe ».

Pour en arriver là, le projet de société du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale souligne que le système d'éducation du Cameroun doit être refondé afin d'obtenir un profil d'hommes et de femmes entrepreneurs.

Cameroun

Ordre souverain de Malte - Le Grand-Maître au Palais

Au deuxième jour de la visite officielle de Son Altesse Eminentissime Fra'Giacomo Dalla Torre Del Tempio Di… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.