12 Janvier 2018

Madagascar: Jess Black - L'étoile montante de la musique urbaine

On ne le voit pas souvent sur scène, mais il a déjà ses inconditionnels. Lui c'est Jess Black. Un nom à retenir pour les amateurs de musique urbaine.

Avec presque cinq ans à se baigner dans le monde de la musique, Jess Black gravit petit à petit les échelons. Ayant commencé sa carrière en 2013, sa participation au concours international End of the weak a définitivement été le tournant pour son parcours artistique. Différent à bien des égards, il est surtout apprécié pour ses textes, son charisme mais surtout pour ses « toasts ». En dépit de ses quelques années d'expérience, Jess Black inspire le respect de la part de ses pairs. Non pas pour ses problèmes de vue mais surtout pour son art. Malvoyant de naissance, cette particularité n'est nullement un handicap comme pourrait le voir certains.

« Steevie Wonder et Ray Charles ont cette même différence, mais ils ont su se trouver une place dans le monde artistique au niveau international. Certes, j'ai du mal à coucher sur papier mes écrits mais ma force réside ailleurs » avance le jeune homme confiant. Et il a raison car son point fort se trouve dans l'improvisation. Selon Kemyrah, trappeur, « Jess Black est imbattable en matière de texte improvisé. Il sort des textes incroyables et complètement hallucinants quand il s'y met et pond des morceaux en moins de 24 h. Si la plupart des artistes ont besoin de temps pour composer, il débite du tac au tac sans nécessairement peaufiner ses textes, et cette façon de créer impressionne bon nombre de gens, et aspire une grande considération de son art» relate-t-il.

S'il s'est fait un nom dans End of the weak, Jess Black a pourtant plus d'une corde à son arc, l'artiste verse autant dans le rap que dans le reggae ou le zouk love du sound system. Cette passion et ce talent lui permet de basculer entre deux genres mais surtout de combiner le tout et créer un kaléidoscope musicale qui connait un succès auprès de la jeune génération de mélomane.

Ciblant le grand public, les textes de Jess Black Parle à tout le monde. Chacun y trouve s part entre l'amour, les faits de sociétés et les aléas de la vie quotidienne. Engagé et positiviste, Jess Black casse les tendances de « pathétique attitude » dans laquelle tombent souvent les gens à caractère particulier. Dans « Quoi qu'il en soit, c'est cool de vous voir heureux », le chanteur dévoile une partie de sa personnalité, qui laisse entrevoir une personne généreuse, contente du bonheur de autres, ce qui est une qualité rare en ce jour.

Prévu tenir un concert au No comment bar, le chanteur a du reporter car il est encore retenu sur la route coupée à Ambalavao. Si ce n'est pas pour aujourd'hui, ce sera pour un autre jour. En attendant, les inconditionnels prendront leur mal en patience tandis que le public est invité à le découvrir sur la toile.

Madagascar

Le Premier ministre répond aux contestations syndicales

A Madagascar, le Premier ministre Christian Ntsay répond aux contestations syndicales. Depuis près de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.