12 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Cinéma - « Makala » ou le quotidien d'un charbonnier

L'histoire se déroule dans la région du Katanga, en République démocratique du Congo (RDC), où un jeune villageois espère offrir un avenir meilleur à sa famille. Pour meubler ce rêve, il repose son espoir sur ses bras, la brousse environnante et sa volonté tenace.

Le documentaire français d'Emmanuel Gras, Kabwita Kasongo dans Makala, raconte l'odyssée d'un jeune villageois, saisi par la pauvreté extrême, qui entreprend un périlleux voyage jusqu'à Kinshasa, poussant un vélo précaire surchargé de sacs de charbon. Parti sur des routes dangereuses et épuisantes pour vendre le fruit de son travail, il découvrira la valeur de son effort et le prix de ses rêves.

Enfants au ventre gonflé, habitat précaire, bouillie de rat à l'occasion en guise de repas. Le père espère néanmoins en des jours meilleurs, grâce, notamment, à l'achat escompté de plaques de tôle pour la construction du toit d'une nouvelle maison, dans la cour de laquelle il rêve avec sa femme de planter des arbres fruitiers, grâce au salaire du charbon. Le film est l'histoire simple, pathétique, extraordinairement concentrée et dilatée à la fois des moyens qu'il met en œuvre pour ce faire.

Découpe d'un arbre gigantesque, brûlage lent du bois dans un monticule de terre, recueil du charbon dans de grands sacs en toile, chargement déraisonnable du vélo qu'on ne peut plus mouvoir qu'à la main, embûches de toutes natures (pentes monstrueuses, racket, trafic routier périlleux) sur le chemin de 50 km qui le sépare de la ville, perte accidentelle d'une partie de la marchandise, visite rapide à l'une de ses filles confiée à sa tante à l'orée de la ville, négociations au couteau sur les marchés, sous-estimation dramatique du prix réel de la tôle, participation à un office religieux, retour au village.

Le moment le plus extraordinaire de Makala est sans conteste cette longue marche du jeune homme dont le petit vélo est surchargé de charbon de bois qu'il a fabriqué lui-même et qui lui permettra, s'il le vend bien, de nourrir sa famille durant plusieurs mois. La route est dure, elle monte et descend sans cesse. Des voitures, la nuit, évitent à peine le vélo. Parfois, Kabwita tombe : il lui faut, alors, se relever, essayer de ne pas trop gaspiller son précieux chargement et repartir au plus vite, avant que d'autres profitent de sa faiblesse pour l'attaquer. Aux abords de la capitale, d'ailleurs, des flics le rançonnent. Il s'agit de les satisfaire pour éviter le pire : la saisie de sa marchandise.

Makala d'Emmanuel Gras a remporté le Grand prix de la Semaine de la critique lors du festival de Cannes 2017. Le film a fait sa sortie en salles, le 6 décembre dernier.

Congo-Kinshasa

Enjeux politiques - L'ONU et l'UA réitèrent leur attachement à l'accord du 31 décembre

Dans un communiqué conjoint publié au lendemain du discours de Joseph Kabila sur l'état de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.