15 Janvier 2018

Sénégal: Amélioration des enseignements/apprentissages en Casamance - La valeur ajoutee du PAEBCA pour booster les indicateurs

Le projet d'amélioration de l'Education de base en Casamance (PAEBCA) est financé par l'agence Française de Développement (AFD) en partenariat avec l'ONG Aide-et-Action International. Il intervient dans les régions de Sédhiou et de Ziguinchor pour une durée de quatre ans (2014-2018).

Le PAEBCA a pour finalité de contribuer à l'amélioration des conditions du service public d'éducation en Casamance, afin de permettre un meilleur développement des compétences de tous les élèves, en particulier au niveau de l'enseignement moyen et de favoriser la cohésion sociale, la lutte contre les inégalités et la paix dans ces régions du sud. Un atelier de finalisation d'un plan de communication a eu lieu en fin de semaine dernière.

Dans son esprit, le projet d'amélioration de l'Education de base en Casamance (PAEBCA) vise à mettre à la disposition des acteurs des compétences et outils nécessaires à même de booster les indicateurs de performances scolaires.

Ibrahima Diagne, inspecteur de l'enseignement moyen/Secondaire et coordonnateur de la composante II du PAEBCA décline les principaux objectifs en ces termes : «le projet a deux principaux objectifs ; le premier c'est d'améliorer les apprentissages et des compétences de vie courante des élèves.

Le deuxième est d'améliorer l'accueil et la scolarisation des élèves. Et ces objectifs sont déclinés en composantes à savoir améliorer les conditions d'accueil et de scolarisation des élèves».

Inspecteur Diagne d'ajouter que «le projet a prévu de construire 30 écoles et collèges dans les académies de Sédhiou et de Ziguinchor entièrement équipés par le projet.

La composante II est relative à l'amélioration de la qualité des apprentissages et des compétences de vie. C'est aussi la mobilisation sociale et la gestion du projet confiée à l'ONG Aide et Action».

La pointe de la technologie pour percer les mystères du savoir

Dans l'approche pédagogique, des outils informatiques sont mis à contribution pour optimiser les rendements scolaires. Mamadou M'boup le référent en technologie de l'information et de la communication (TICE) soutient : «nous avons équipé pour rénover les pratiques au niveau des cellules d'animation pédagogique les enseignants et les établissements à hauteur de 693 tablettes pour les établissements du cycle moyen, les cellules d'animation pédagogique zonale au niveau de l'élémentaire. 104 ordinateurs portables, des clés USB au nombre de 850 embarquant des ressources numériques produites dans le cadre du projet sont aussi mis à disposition».

Au sujet de la plus-value sur les méthodes d'enseignement/apprentissage, M. Mboup indique qu'«il y'a des vidéoprojecteurs pour visualiser les pratiques de classe en partage.

Il y'a également des vidéos standards qui permettent de faire des projections lors des cellules pédagogiques et qui sont au nombre de 138. Le projet a donné du matériel didactique aux écoles qui n'ont pas d'électricité. Du microscope et autres matériels».

Une bonne visibilité pour une meilleure efficacité

Du mercredi 10 au vendredi 12 janvier dernier, un atelier de finalisation d'un plan de communication est en cours à Sédhiou et dont la finalité est de briser les cloisons en termes de visibilité des actions du projet.

Omar Niang, le chef du projet pour la composante III gérée par Aide et Action Internationale note que «ce plan de communication a trois volets.

Il y'a d'abord la communication institutionnelle qui permet de rendre compte à toutes les autorités administratives, les partenaires techniques et financiers de ce que nous sommes en train de faire dans le cadre de ce projet».

C'est aussi, dit-il, une communication pour le changement de comportements aussi bien au niveau des élèves, des parents et des communautés. Et enfin entre acteurs internes pour un meilleur partage des informations en cours ou activités exécutées a notamment indiqué M. Niang.

Venue en appoint à l'action de communication du projet suite à un contact avec Aide et Action Internationale, Mme Amandine Bébi professionnelle de la communication dans l'éducation relève que l'importance de la diffusion à grande échelle des contenus du projet «il y'a beaucoup d'outils et de réalisations faites mais qu'il faut vraiment porter à la connaissance du grand public et donc les mettre en valeur.

C'est un projet de très grande ampleur en termes d'innovations pédagogiques et d'outils ainsi que la formation. C'est d'en faire une large diffusion pour que tous les acteurs puissent s'en emparer ».

Les constructions et équipements scolaires sont en cours dans les localités cibles, rassure-t-on avec un accent sur la qualité adaptée à la typologie innovante des salles de cours.

Sénégal

Affaires Khalifa Sall, Karim Wade et Imam Ndao - La «diatribe» d'Amnesty International

«Le Sénégal doit faire de la garantie d'un procès équitable une priorité et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.