18 Janvier 2018

Burkina Faso: Pouytenga - Les scolaires et le maire à couteaux tirés

Les scolaires de la commune de Pouytenga ont marché dans les artères de la ville, le mardi 16 janvier 2018, pour exprimer leur mécontentement par rapport à des propos tenus par le maire sur les antennes d'une radio de la ville. Ils s'étaient donné rendez-vous devant la mairie.

Après leur énième sortie pour exprimer leur ras-le-bol par rapport à la non- évaluation des cours dans les lycées et collèges, les élèves, cette fois-ci, se sont donné rendez-vous devant la mairie de Pouytenga. Ils sont allés dire au maire qu'ils ne sont pas contents de ses propos par rapport au comportement des élèves de la commune dans le cadre de la crise dans l'éducation. Il s'agissait d'un communiqué diffusé par le maire Larba Prosper Yaméogo. Du contenu de ce communiqué, on lit : « Il a été constaté des débordements lors des grèves et que plusieurs plaintes ont été portée à ma connaissance. Il est du droit de tout citoyen de manifester son mécontentement. J'invite cependant les élèves en grève à respecter les biens publics et privés.

En ce qui concerne les menaces proférées à l'endroit des établissements privés et de leurs élèves, je rappelle que tout bien privé est inviolable. Par conséquent, il leur est strictement interdit de faire sortir les élèves, de proférer des menaces, de jeter des pierres. Ces activistes sont informés qu'en cas de troubles provoqués dans des établissements privés, ils seront poursuivis et sanctionnés conformément à la loi sur le respect du bien privé. J'invite donc les élèves à s'abstenir de vider les classes des établissements privés ou d'empêcher leurs collègues du privé de suivre les cours. Les parents de ces derniers répondront également en cas de forfaits causés par leurs enfants dans ces établissements ».

Tel est le contenu du communiqué. Larba Prosper Yaméogo ajoute que le communiqué est fait juste pour prévenir le pire. « Le maire veut nous diviser; ses propos créent une certaine division ou discrimination entre les élèves du public et du privé. Hors, un élève c'est un élève, un enseignant c'est un enseignant et nous poursuivons le même objectif : celui de l'amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants. La réussite de cette lutte arrange tout le monde, que tu sois du public ou du privé. Car les intérêts du privé sont bel et bien pris en compte dans la plate-forme. D'ailleurs, nous voulons aussi sensibiliser nos parents sur la question », a réagi pour sa part Kaboré Jean Romuald, représentant des élèves.

Burkina Faso

Tour du Faso - Le parcours de l'édition 2018 dévoilé

Les organisateurs du Tour international cycliste du Faso (2.2 à l'UCI) ont rencontré la presse jeudi pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.