18 Janvier 2018

Tunisie: Premier procès des militants arrêtés pendant les contestations

Vingt-huit personnes comparaissaient ce jeudi matin au tribunal de la Manouba, en Tunisie. Toutes ont été arrêtées dans la petite ville de Tebourba, à 35 kilomètres de la capitale, là où la contestation contre l'austérité et la nouvelle loi de finances a démarré le 8 janvier avant d'essaimer un peu partout dans le pays.

Les 21 prévenus étaient debout, les mains croisées dans le dos, le regard cloué au sol pour la plupart. Tous, le crâne rasé depuis qu'ils ont été arrêtés. Dans la salle comble, les bancs étaient remplis par les familles, dans une ambiance crispée où l'on pouvait entendre une mouche voler.

Interrogés par le juge sur les conditions de leur arrestation, les récits se ressemblent. « J'étais devant chez moi, raconte d'un d'eux, en train de vendre mes légumes », ou encore « en train de fermer ma boutique, raconte un autre, avant d'ajouter : J'ai été frappé avant d'arriver au commissariat ».

Un avocat interrompt alors l'interrogatoire et pour déposer le rapport d'un médecin qui a vu les détenus et fait état de nombreux coups et blessures. « Vous a-t-on proposé de rencontrer un avocat ? », demande le juge, après y avoir été encouragé par l'un des avocats de la défense. Là encore, six mains se lèvent pour dire que non, pas proposé, mais surtout refusé quand ils en ont fait la demande.

Aujourd'hui, c'est un collectif d'avocats qui défend ces prévenus gratuitement. Droit de manifester, mais aussi absence de destruction de biens dans la ville de Tebourba, sont quelques-uns des arguments avancés ce matin. Des avocats qui plaident la relaxe pure et simple, et qui, avant l'audience se sont dit eux-mêmes surpris et inquiets de l'ampleur des arrestations arbitraires depuis dix jours. « Du jamais vu depuis la révolution », affirment-ils. Il y a, bien sûr, quelques casseurs, mais il y a aussi beaucoup de personnes qui n'ont rien fait, à part croiser la police au mauvais moment.

Tunisie

Un projet de loi sur l'égalité successorale

L'égalité inscrite dans la Constitution de 2014 Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.