18 Janvier 2018

Togo: Forte affluence autour des AGR proposées

Pourquoi avoir créé ESMC (Entreprise Sociale de Marché Commun) ? A cette question, à lui posée hier mercredi à l'ouverture des journées portes ouvertes de cette entreprise sociale portée sur les fonts baptismaux par le promoteur de l'ancien ReDéMaRe, Essohamlon Sama, le responsable du service Marketing et Relations publiques de l'ESMC, Bashir A.

Kodjokpè, croit savoir que dans un monde où la pauvreté est grandissante et que les gouvernants se sont assignés de réaliser les Objectifs du Développement Durable (ODD) d'ici à 2030, soit dans désormais moins de 13 ans, la création de ESMC en valait la peine « parce qu'il faut entreprendre » et qu'« entreprendre, c'est dénicher les problèmes de la société et lui apporter une solution. Les solutions aux problèmes sont basées sur l'économie et le premier à reconnaître concernant RESMC, c'est l'économie sociale de marché commun.

C'est à partir de cette économie qu'est née entre autres ESMC : Entreprise sociale de marché commun depuis le 30 juin 2014 ». Et d'après ses indications, « au jour d'aujourd'hui, sur la plateforme, nous avons plus de 300.000 souscrits (rien que pour la souscription pour sois et pour tiers, ndlr). C'est une activité. Ceux qui n'ont pas le moyen, se sont vus être inscrits. Eux, ils ont leur certificat. Ceux qui ont souscrit réellement, attendent le revenu parce que, nous leur avons promis que, pour avoir payé pour d'autres, ils auront un gain ».

Aussi, si l'atteinte des 17 ODD d'ici à 2030 est une tâche difficile pour les gouvernements, ESMC ne veut pas se substituer à eux mais se veut d'un apport capital pour leur réalisation. Et pour M. Kodjokpè, « si c'est difficile au niveau des gouvernements, cela ne veut pas dire qu'il n'y as de moyens. C'est l'outil qui a manqué. Nous, nous avons la plateforme. C'est cette plateforme qui va tout gérer et nous disons dès l'entame, il faut fichier les concernés, la cible directe quand elle a un financement, elle servira de caution commune ».

On peut dès lors croire que c'est un message auquel nombre de Togolais qui ont déjà expérimenté par le passé ReDéMaRe avant que les ennuis judiciaires ne viennent l'interrompre ainsi que ceux qui sont des nouveaux adhérents au nouveau concept y croit. Puisque, si mercredi l'affluence peut être comptabilisée par centaines, on peut sans se tromper espérer celui de ce jeudi, à notre passage aux environs de 11 h à des milliers, sur toute la journée.

En tout cas, ceci n'est que la preuve de ce que la pauvreté est galopante et que les Togolais ne peuvent que tourner leur regard vers les « montagnes » de l'ESMC d'où pourrait leur venir la petite lueur d'espoir pour leurs revenus en nature comme en espèce selon le type d'activité génératrice de revenu dans lequel on entend investir.

Quoi de plus normal donc pour nous de s'intéresser ce jeudi à ces Togolais qui ont décidé de souscrire aux AGR que propose l'ESMC ? Et notre choix est porté au hasard d'ailleurs sur Parfait Kofi, qui y a souscrit et qui a ses dires a également souscrit à 12 membres de sa famille.

« Je me suis inscrit parce qu'on nous a dit que ça va aider les démunis. Donc j'ai inscrit également des membres de ma famille. Et je me suis déplacé aujourd'hui pour la journée porte ouverte pour voir ce qui se fait exactement, si ce pour quoi on s'est inscrit existe effectivement et de quoi il s'agit, bref, pour avoir d'amples informations », nous confiait-il tout souriant. L'Homme, la quarantaine révolue et qui a une réelle activité génératrice de revenu, est presque aux anges quand il évoque « les avantages à long terme » que l'on peut se procurer rien qu'en souscrivant à 2200 F cfa à une consommation individuelle ou encore, en décidant de souscrire pour un groupe de 10 personnes, proches ou membres de sa famille.

De par ses dires, ces 10 personnes devront bénéficier d'un bon de consommation de 30.000 F cfa par mois, pour une durée indéterminée alors même que le bienfaiteur, qui débourse 27.000 F cfa pour faire souscrire ces 10 personnes pourront s'honorer de percevoir un total de 700.000 F Cfa, échelonné sur plus de 22 mois. Une explication qui confirme que le message a passé entre les responsables de l'ESMC et les souscripteurs au moins sur la première activité.

Quand aux craintes d'une nouvelle interruption du processus de l'ESMC comme ce fut le cas par le passé, M. Koffi a un avis tranché. « Qui ne risque rien n'a rien. J'accepte de perdre 27.000 F cfa tout comme j'accepte de gagner plus que 27.000 si le système ne se bloque », a-t-il réagi à notre question portant sur ces craintes.

C'est donc une réaction qui apporte en tout cas de l'eau au moulin du responsable Marketing et Relations publiques de l'ESMC qui convie le « Togolais moyen, de venir s'ajouter au revenu quand bien même la première activité va finir le 31 janvier ». Car, poursuit-il, « le Togolais moyen doit trouver d'autres sources de revenu ; qu'il ne s'attèle pas seulement à son 1er salaire. Il faut avoir au minimum, 5 sources de revenu ». Et c'est dans cette dynamique que l'ESMC met à la disposition de la classe moyenne, ses quatre activités génératrices de revenu (AGR).

Pour rappel, démarrées depuis hier mercredi, ces journées portes ouvertes prennent fin demain vendredi, qui sera consacrée aux partenaires présents sur la plateforme.

Togo

Samuel Dzamesi arrêté en possession de crâne et d'organes humaines

Il n'ira pas au bout de sa mission. Lui, c'est Samuel Dzamesi. L'homme, âgé de 23 ans, a été… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.