20 Janvier 2018

Madagascar: Ava, Arfa, Bêta

L'affaire Arfa a pris le relais du cyclone Ava dans l'actualité. Elle est aussi dévastatrice que la dépression tropicale. La déclaration de Houcine Arfa , ancien conseiller du Président a fait l'effet d'une bombe dans la presse française. Il affirme avoir remis 70.000 euros à la ministre de la Justice et 30.000 euros au procureur pour retrouver sa liberté. Des accusations graves et sans preuve aucune, impossible à vérifier. Le fait est qu'avec la corruption érigée en code de procédure pénale au sein de la Justice, d'aucuns, y compris les sourds, y croiraient les yeux fermés.

On ne peut plus compter les décisions de justice dégageant l'odeur des liasses qu'il est difficile de ne pas imaginer le pire. Seulement, tout le monde n'est heureusement pas pourri à Anosy et la ministre de la Justice, dont la nomination avait été unanimement saluée par divers milieux, fait partie des espèces rares en matière d'honnêteté et de rigueur. Elle n'aurait pas signé l'autorisation de transfert du fameux détenu contre espèces sonnantes et trébuchantes mais suite à l'insistance de là chancellerie du pays d'origine de Houcine Arfa qui aurait réclamé un traitement humain à son ressortissant, victime de torture à la prison de Tsiafahy où il purgeait sa peine. La suite, on le sait. Une évasion en douceur et l'absence de Houcine Arfa n'a été remarquée que lorsqu'il s'est exprimé dans les journaux français pour disserter sur son évasion. Qu'on le veuille ou non et comme il l'affirme par dessus le marché, il a bénéficié de beaucoup de soutien et de complicité. Toutes les facilités dont il a bénéficié témoignent qu'il a eu des « copains » en très haut lieu. Pour quelqu'un qui aurait voulu attenter à la vie du Président, c'est à peine crédible.

On ne peut pas quitter Madagascar sans papier et embarquer sur le vol Saint-Denis -Paris sans se faire inquiéter.

Des évasions, le pays en est coutumier. Il y en avait eu pire comme celle des Grecs Reppas et Bacoupolos qui sont montés dans un avion léger à Ivato pour quitter le pays en 1971. On n'en fait plus un drame. Ce qui titille l'esprit c'est le choix des proches du Président. Qui lui a proposé les services de Houcine Arfa ? Si ce dernier était déjà fiché par la police française comme l'affirme le directeur général de la police, on l'aurait donc recruté, à son insu, pour sa « spécialité » et pour des missions plutôt que de la formation de la garde présidentielle. Il a d'ailleurs déclaré dans ses interviews que ses ennuis avaient commencé lorsqu'il a refusé de liquider deux illustres politiciens. Là aussi, ses propos sont difficiles à vérifier mais les faits ont tendance à justifier ses « divagations ». Comment un conseiller du Président devient il un criminel redouté du jour au lendemain ?

Houcine Arfa n'en a pas fini avec ses révélations. Il y a eu Ava, Arfa et bientôt Bêta. La semaine prochaine il ira vendre sa mésaventure chez d'autres titres après Le Monde, Le Figaro, Le Parisien et RTL. La presse s'en délecte.

L'État semble avoir du mal à se défendre. Convoquer la presse pour dire que personne n'a touché d'argent ne suffit pas à renverser la vapeur. Mais il est aussi impossible de trouver une facture de non-paiement pour servir de preuve. Le moins qu'on puisse faire est peut-être d'affirmer que Houcine Arfa a payé beaucoup moins qu'il ne l'affirme, profitant de la solde de fin d'année. Il excelle visiblement dans l'art de l'arfabulation.

Madagascar

Hery Rajaonarimampianina - Candidat à sa propre succession

Le candidat Hery Rajaonarimampianina est toujours à la recherche d'une nouvelle équipe. Il l'a… Plus »

Copyright © 2018 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.