22 Janvier 2018

Madagascar: Branchement illicite - Plainte de la Jirama contre Ravalomanana

Marc Ravalomanana se trouve dans une nouvelle tempête judiciaire. L'ancien chef d'État est visé par une plainte de la Jirama à Antsirabe.

La mêlée judiciaire risque de ne pas finir pour Marc Ravalomanana. L'ancien chef d'État est actuellement la cible d'une plainte de la Jirama à Antsirabe. De source proche du dossier, le président du Tiako i Madagasikara aurait commis un branchement illicite pour sa résidence à Andranomanelatra à Antsirabe. « Pendant une longue période, sa résidence aurait bénéficié d'une manière clandestine de l'électricité de la compagnie nationale de distribution d'eau et d'électricité. De ce fait, une plainte a été déposée à la Justice au mois d'octobre », confie la source.

Joint au téléphone, l'ancien Président Marc Ravalomanana nie les faits. « Ma résidence n'est pas branchée au réseau de la Jirama. Comme c'est une résidence de passage, j'utilise un groupe électrogène comme source d'énergie », affirme-t-il.

Ce fait remonte à l'année dernière, à la suite de la suspension de fourniture d'électricité de la société AAA à Andranomanelatra Antsirabe en octobre. Devant les impayés de cette société exploitant les installations industrielles de Tiko à Andranomanelatra, la Jirama avait suspendu la fourniture d'énergie du site industriel de la société. C'est une procédure normale pour tous les abonnés de la société. À la grande surprise, la résidence de Marc Ravalomanana a, en même temps, été privée d'électricité à la suite de cette mesure.

Préjudice

Par conséquent, l'ancien chef d'État aurait déposé une requête au tribunal pour la remise de la fourniture d'énergie de sa résidence. C'est là où le bât blesse, puisque « aucun contrat n'a été enregistré en son nom auprès de la société d'État », selon notre source. « C'est la société AAA qui a un problème avec la Jirama et non moi. Des techniciens de la Jirama ont effectivement procédé à des vérifications dans ma résidence à Andranomanelatra, mais n'ont trouvé aucune anomalie, puisque j'utilise une source d'énergie privée », confirme-t-il au téléphone.

Les mêlées judiciaires pour ce candidat déclaré à la prochaine présidentielle risquent de ne pas finir. Actuellement, l'ancien propriétaire de la société Tiko est sous la coupe d'une condamnation judiciaire à la suite de la tuerie du 7 février. Dans sa décision rendue le 28 août 2010, la justice le condamne par contumace à des travaux à perpétuité pour cette affaire. Mais le concerné dénonce, à plusieurs reprises, l'incompétence du tribunal. Il considère un caractère politique derrière cette décision judiciaire.

Pour cette nouvelle affaire de branchement illicite, si les faits sont avérés, Marc Ravalomanana risque gros avec une peine d'emprisonnement. Les branchements illicites sont qualifiés de vol et fraudes. Toutes pratiques frauduleuses sont considérées comme des faits portant préjudice à l'exploitant. Ces pratiques entraînent des pertes financières pour la Jirama. C'est pourquoi la société et les autorités ont lancé des opérations de ratissage auprès des abonnés de la Jirama, et mis en place des agents contrôleurs - verbalisateurs. Ces officiers de police judiciaire sont habilités à vérifier, à saisir, à constater les infractions pénales, d'en rassembler les preuves et d'en rechercher les auteurs, à confisquer tout matériel utilisé à des fins représentant des corps de délits.

Madagascar

Épidémie à Madagascar - La peste est de retour

Prenez garde. L'épidémie de peste refait surface. Le ministère de la Santé publique a… Plus »

Copyright © 2018 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.